Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Publié le par Mo comme Mordue
Publié dans : #Jeunesse, #2014
Love Letters To The Dead d’Ava Dellaira

Synopsis :

Une simple rédaction demandée par un prof : écrire à un disparu. Laurel a choisi Kurt Cobain, parce que sa grande soeur May l'adorait. Et qu'il est mort jeune, comme May. Si elle ne rend jamais son devoir, très vite, le carnet de Laurel se remplit de lettres à Amy Winehouse, Heath Ledger... A ces confidents inattendus, elle raconte sa première année de lycée, sa famille décomposée, ses nouveaux amis, son premier amour. Mais avant d'écrire à la seule disparue qui lui tient vraiment à coeur, Laurel devra se confronter au secret qui la tourmente, et faire face à ce qui s'est vraiment passé la nuit où May est décédée.

Mon avis :

Je tiens tout d’abord à remercier Camille et les Editions Michel Lafon de m’avoir permis de découvrir cette histoire.

Avant même que le livre sorte en France, je l’avais déjà repéré avec cette couverture absolument MAGNIFIQUE !! Je suis ravie que les éditions Michel Lafon aient décidé de la garder pour la version Française.

L’histoire est celle de Laurel qui doit apprendre à continuer à vivre sans l’une des personnes les plus importantes de sa vie : sa sœur May. Cette dernière disparait tragiquement et Laurel n’aura de cesse de se sentir coupable. Suite à un devoir de son professeur d’anglais, Laurel s’essaiera à écrire une lettre à une personne disparue, sans qu’elle parvienne à écrire à la seule véritable personne qui compte et qui lui manque le plus. Sans se rendre compte, elle écrira à la manière d’un journal intime sa vie pendant une année scolaire complète à différentes personnalités qui ont marquées son enfance et tous les moments heureux ou malheureux aux côtés de sa famille et surtout de May. Grâce à cet exercice, elle fera petit à petit son deuil et nous expliquera ce qui s’est passé cette nuit là.

Lorsque j’ai commencé le roman, j’ai été prise dans un tourbillon d’émotions. Mais, plus j’avançais, plus le récit me semblait plat car je trouvais le début long, voir même très long. En réalité, je me sentais perdue. D’un côté, j’arrivais à m’identifier et à comprendre Laurel concernant sa douleur, cette absence, et ce besoin de parler de sa sœur disparue afin d’avoir l’impression qu’elle soit toujours là et de ne jamais l’oublier. Mais, de l’autre, je ne comprenais pas tous ses choix. Bref, paradoxalement je me sentais proche et complètement détachée de Laurel, toute en étant consciente que chacun aborde le deuil différemment.

Bien que ce fût sa manière de continuer à faire vivre sa sœur en elle, plus d’une fois, j’ai eu envie de la secouer et lui faire comprendre qu’elle devait vivre sa vie en tant que Laurel et ne pas essayer d’être quelqu’un d’autre. Seulement, elle seule pouvait en prendre conscience afin être elle-même.

Après avoir passé les 55% du livre et lorsque le voile concernant les circonstances de la mort de May se lève, j’ai eu beaucoup de mal à poser le livre. J’ai été touchée par toute une palette d’émotions. Durant cette partie, je souhaitais qu’une seule chose, que Laurel cesse de se culpabiliser et arrive à pardonner à sa sœur, à sa famille, à la terre entière et à surtout elle-même.

Même si, je n’ai pas beaucoup apprécié la première partie, la seconde est d’après moi la plus poignante et surtout la plus lumineuse d’espoir. C’est cette dernière qui me reste en tête, dû à une grande tristesse et une douleur que j’ai ressenti face à quelques révélations.

Côté personnages, la psychologie de chacun d’eux est bien travaillée, ce que soit le personnage de Laurel, ceux des membres de sa famille, de ses amies et sans oublié celui de May.

Malgré un début difficile, j’ai fini par m’attacher à Laurel à travers son présent et ses souvenirs. Au fur est à mesure qu’elle livre ses anecdotes, le lecteur se rend compte que l’univers de Laurel tournait autour de May et qu’elle était son modèle. Alors qu’au début, la personnalité de Laurel est absente, ou plutôt masquée par son désire de ressembler à May. Elle finira par se révéler petit à petit lorsque le masque tombe. J’y ai vu une jeune fille perdue, fragile (qui ne le serait pas à sa place), rongé par la honte et la culpabilité, mais aussi une certaine force et d‘une détermination qui finira par sortir d’elle.

Les parents et la tante de Laurel abordent également leur deuil chacun de manière différentes. Cela est un parfait exemple que cette épreuve ne peut pas être vécue pour chaque personne de la même manière.

Lorsque Laurel nous présente ses nouvelles amies, j’ai eu très peur pour elle. J’avais peur que leurs influences soient « nocives » pour Laurel et qu’elles la conduisent vers le mauvais chemin. Mais, Laurel a préféré faire confiance à son instinct. Elle a vu quelques choses que le lecteur n’a pas perçues car elles deviennent de véritables amies et les nouveaux piliers dans sa vie en reconstruction.

May, même si elle est décédée, sa présence est constante. Grâce à Laurel, on découvrira la vrai May, celle qu’elle s’efforçait de masquer. L’histoire de May m’a autant touché, voir plus que celle de Laurel.

La plume de l’auteure est en adéquation avec la narratrice qu’est Laurel. Les mots peuvent être celles d’une adolescente. C’est aussi ce qui fait l’authenticité et la beauté de cette histoire. Ce que je trouve vraiment fort de la part d’Ava, c’est que ce livre peut parler à tout le monde à des degrés différents.

En conclusion :

Cette histoire est vraiment à part, mais c’est surtout grâce à son concept. J’ai beaucoup apprécié le côté psychologique. Je suis d’ailleurs certaine que l’exercice serait bénéfique pour les personnages traversant une période de deuil, car ce livre est surtout un message d’amour et d’espoir à la vie. Chacun de nous peuvent si retrouver, tout dépend de notre histoire et de l’instant où celle-ci est lu. Peut-être que pour moi, le moment n’était pas le plus propice pour l’apprécier dans sa totalité.

Note : 16/20

Commenter cet article

Guillaume TdV 27/07/2014 17:36

Un peu déçu que ça n'ait pas été un coup de coeur comme pour moi mais "Love Letters..." a su te conquérir quand même.
Belle chronique :)

NetGalley

 

 

 

 

 

 

Articles récents

Badge Lecteur professionnel

Hébergé par Overblog