Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Publié le par Mo comme Mordue
Publié dans : #Contemporaine, #2017

Synopsis :

 

Pauline se retrouve à l’hôpital pendant six mois après un « mystérieux » accident. Le dos brisé, elle est prisonnière d’un corset imposant. La seule personne à venir la voir est Alain, le meilleur ami de son frère qu’elle n’a pas revu depuis le lycée. Alors qu’un psychiatre vient étudier de plus près le cas de Pauline, Alain est enfermé par hasard, dans les toilettes de la chambre d’hôpital. Il jouera le rôle du voyeur pendant quelques semaines, découvrant à quel point, il est lui-même soumis à l’écrasant « Corset des âmes ». L’idée d’une renaissance se dessine au travers des dialogues piquants des deux protagonistes, truffés de « larmes d’humour ».

 

Mon avis :

Je tiens tout d’abord à remercier Mathieu et les éditions Librinova pour leur confiance et pour m’avoir permis de découvrir cette histoire. S’agissant d’un sujet délicat, j’étais très curieuse de savoir comment il serait abordé par l’auteure.

Ici on rencontre Pauline, une femme qui se retrouve hospitalisée. Son corps ayant subi des dommages considérables, elle n’a pas eu d’autre choix que de porter un corset imposant afin de se rétablir. Tout comme suivre une psychothérapie en parallèle est indispensable. Marc, le frère de Pauline, demande à son meilleur ami Alain, de veiller sur elle. C’est en acceptant cette demande, qu’Alain rend visite quotidiennement à Pauline. Au fil des jours, des semaines et des mois passés, un lien entre eux se crée. De quelle nature est-il ? Alain devient-il un motif de combat pour Pauline ?

Ce roman aborde la dépression, les tentatives de suicide, la reconstruction et la difficulté d’avoir un lien social. Ces sujets étant sensibles, je me demandais comment ils allaient être exposés. Malheureusement, j’ai bien peur d’être passée à côté de cette histoire. Je n’ai pas réussi à rentrer dans le récit. J’avais beau lire, je ne ressentais pas grand chose. Je suis restée en surface. Seuls les 3 derniers chapitres et les passages sur le passé de Pauline et d’Alain m’ont touchés et m’ont permis de comprendre certaines choses. Mais pour moi, cela n’a pas été suffisant.

Malgré ses 107 pages numériques et un rythme fluide grâce à ses courts chapitres, l’addiction n’était pas au rendez-vous. Moi-même, je ne l’explique pas et je trouve cela bien regrettable.

Du côté des protagonistes, Pauline est pleine de colère et de tristesse. Son état émotionnel est fragile. Résultat, elle est imprévisible et impulsive. Alain est une personne patiente et généreuse. C’est le genre de personne qui en général, donne plus qu’elle ne reçoit. Quant à Marc, il est physiquement absent. On parle de lui pour expliquer certaines situations.

Concernant la plume de June Mutti, elle est fluide et plutôt agréable à lire. Mais d’après moi, l’utilisation de la 3ème personne n’est pas appropriée. Elle donne une certaine distance entre le lecteur et les personnages. Peut-être que si le roman avait été écrit à la 1ère personne et avec une alternance des points de vue entre Pauline et d’Alain, l’histoire aurait été plus forte en émotions. Je pense que de cette façon, j’aurais réussi à m’attacher à eux.

 

En conclusion :

Je me désole de n’avoir pas aimé cette histoire comme elle le mérite. Pourtant, le sujet et le travail psychologique fait par l’auteure est bien présent et bien fait. De plus, la conclusion faite à celle-ci est lumineuse et remplie d’espoir. Peut-être, est-ce choix de narration ? En tout cas, je vous invite à vous faire votre propre avis.

Note : 12/20

Commenter cet article

NetGalley

 

 

 

 

 

 

Articles récents

Badge Lecteur professionnel

Hébergé par Overblog