Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Publié le par Mo comme Mordue
Les quatre éléments – Tome 1 : Une ère Nouvelle de Chris Red

Synopsis :

24 juin 2016. Une Apocalypse a frappé la Terre. Le monde tel que nous le connaissons a été détruit. Cependant, l'Humanité n'a pas été anéantie dans son intégralité. Natan parcourt la planète, accompagné de son oncle Yizrah, à la recherche de son frère, Eyal, qu'il a perdu ce fameux jour.

Leur quête va les emmener à découvrir un nouveau monde, à rencontrer des gens de différents horizons et à vivre des aventures plus trépidantes que leur ancienne vie ne pouvait prétendre à leur offrir.

Ils vont réaliser que cette Apocalypse représente une seconde chance pour l'Humanité.

Mon avis :

Tout d’abord, je tiens tout particulièrement à remercier Chis Red de m’avoir contacté et proposé de découvrir son roman.

Cette histoire post-apocalyptique traitant les 4 éléments m’intriguait vraiment beaucoup. D’ailleurs, j’en attendais également énormément, voir peut-être trop sur ce sujet.

Dans ce roman, on rencontre Natan et son oncle Yizrah, recherchant son frère Eyal. Durant leurs recherches, ils rencontreront Salina et son groupe de résistants qui veulent renverser la dictature dans la ville de Stambouli City. Ensemble, ils vont faire en sorte de changer ce qu’il se passe là-bas.

Le sujet de cette intrigue m’intéressait fortement. Cependant, l’histoire se met en place vraiment très très lentement. À un point où je me suis demandée si on allait avancer et arriver enfin dans le vif du sujet. En effet, elle traine sans cesse en longueur et la fin me paraissait de plus en plus loin à chaque chapitre lu. En plus, ces dernières alourdissent considérablement le récit et son rythme. Des coupes me semblent vraiment nécessaires afin de rendre l’ensemble dynamique. J’ai également rencontré des difficultés avec les trop nombreuses redites, au point d’en faire une overdose. Résultat, je n’ai pas atteint la fin et j’en suis la première désolée.

Hé oui, après avoir failli l’abandonner une première fois juste après avoir lu la première partie, j’avais décidé de lui donner une seconde chance en poursuivant ce roman en Lecture Commune avec Fabien de « Des encres sur le papier ». Même en persévérant, cette nouvelle partie ne m’a malheureusement pas convaincue et j’ai décidé de m’arrêter là…

Concernant, les idées de l’auteur sur cet univers, elles sont nombreuses et intéressantes. C’est ce qui nous pousse à en savoir plus. Quant aux protagonistes, on constate tout le travail effectué dessus, mais leurs exploitations n’ont a pas été faites de la meilleure des manières. Les parties relatives à leur passé, se font tout en même temps, en un seul bloc. J’aurai préféré que l’on apprenne au compte-goutte ce qu’ils avaient chacun vécu au moment de l’apocalypse. Cela aurait d’abord permis a ce que l’histoire soit plus digeste, mais également à rendre le lecteur de plus en plus curieux à chaque flashback.

Selon moi, la plume de Chris Red n’a rien d’exceptionnelle. Elle est à la portée de chacun. Son style pourrait être plus caractéristique s’il y effectue un travail avec tous les conseils énoncés plus haut.

En conclusion :

Comme vous l’avez compris, j’ai fini par abandonner cette lecture. C’est donc avec beaucoup regret que je vous confirme que j’ai eu énormément de difficultés à apprécier ce roman, malgré les bonnes idées de départ. Je retiens cependant tout le travail apporté aux protagonistes qui est vraiment poussé.

Voir les commentaires

Publié le par Mo comme Mordue
Publié dans : #Psychologie, #Intrigue, #2015
La femme sans peur – Vol. 6 de Jean-Philippe Touzeau

Synopsis :

Trinity est en fuite, poursuivie pratiquement par le monde entier.

Grâce à la complicité de Speedy et de quelques éminences du Vatican, elle réussit à échapper à ses poursuivants à Milan et à Rome pour mieux tomber dans un piège encore plus machiavélique. Sa situation est désespérée, elle ne peut plus compter sur qui que ce soit ou presque. Maintenant, on lui ordonne de se rendre aux autorités de son pays qui veulent l’interroger. Trinity va-t-elle abandonner ? A-t-elle décidé que trop c’est trop ? Qu’il y a des limites à ce qu’un être humain puisse endurer ?

Ou alors, lui reste-t-il un dernier tour dans son sac ?

Qui est plus machiavélique au final ?

Mon avis :

Je remercie une fois de plus Jean-Philippe Touzeau pour sa confiance et pour l’envoi de ce tome 6. Comme à chaque fois depuis 2 ans, je suis très touchée qu’il me transmette la suite que j’attends toujours avec beaucoup d‘impatience. Pour celui-ci, j’ai préféré le garder pour mes congés d’été en septembre.

Après Las Vegas et ses aventures en Italie, on retrouve Trinity dans un nouveau pays auquel je n’aurais pas pensé ; Le Salvador. Ce nouveau décor est très loin de tout ce qu’elle a connu et nous aussi. Elle devra s’adapter au climat très chaud et aux coutumes de ces habitants tout en restant sur ses gardes face à ses ennemis de toujours et aux nouveaux tout aussi redoutables. Trinity est épuisée de devoir sans cesse courir et fuir, mais sa force intérieure est constamment plus forte à ce qu’elle pense.

L’intrigue prend un tournant surprenant avec ce changement d’environnement. Cela à permis d’orienter le récit dans un milieu très différent et très hostile. Jean-Philippe Touzeau a su parfaitement introduire de nouvelles péripéties toutes aussi incroyable que dangereuses afin de donner un nouveau souffle à la saga.

Ce volume est tout autant dynamique que ses prédécesseurs. La mécanique est telle que le rythme est toujours aussi soutenu. Comme à chaque fois, il n’y a aucun temps mort tellement l’action est présente et en continue. J’ai constamment tremblé avec et en même temps que Trinity, tant que sa vie est mise à rude épreuve ici.

Cette fin m’a laissé bouche bée et complètement frustrée. Cela dit, les conclusions des différents tomes précédents se terminent très souvent sur des cliffhangers et me pousse toujours à vouloir harceler l’auteur pour avoir la suite plus rapidement. Vivement fin 2015/début 2016 pour le volume 7 !!

Tout au long des volumes, on constate la belle évolution de Trinity. Elle n’est plus cette femme que l’on rencontre avec cette timidité maladive. Ici, elle forte et elle a retenu toutes les leçons de ses rencontres précédentes. Elle prouve vraiment bien que l’amour que l’on porte une personne est un très puissant moteur de dépassement de soi.

J’ai également remarqué que cette fois-ci, on suit du début à la fin notre héroïne, comme pour marquer l’ouverture d’une nouvelle partie de sa vie et de ses recherches pour retrouver Gianmarco.

La plume de Jean-Philippe Touzeau reste la même. Toujours aussi fluide, à la portée de tous et incroyablement addictive. A chaque fois, les tomes sont trop courts à mon goût.

En conclusion :

J’ai aimé retrouver Trinity dans un pays hostile qu’elle ne connait pas. Cela permet de faire monter la pression pour l’héroïne et le lecteur. Le danger est constant et imprévisible ce qui permet à l’intrigue de se renouveler et d’avoir toujours ce rythme rapide. Bref, les ingrédients qui font le succès de la saga sont toujours présents dans celui-ci. J’ADORE et j’attends une fois de plus avec impatience la suite.

Note : COUP DE CŒUR !!

Voir les commentaires

Publié le par Mo comme Mordue
Publié dans : #Dystopie, #Jeunesse, #2015
Cinder de Marissa Meyer

Synopsis :

Humains et androïdes cohabitent tant bien que mal dans la ville de New Beijing.

Une terrible épidémie ravage la population.

Depuis l’Espace, un peuple sans pitié attend son heure…

Personne n’imagine que le salut de la planète Terre repose sur Cinder, brimée par son horrible belle-mère. Car la jeune-fille, simple mécanicienne mi-humaine, mi-cyborg, détient sans le savoir un secret incroyable, un secret pour lequel certains seraient prêts à tuer…

Mon avis :

Franchement, qui peut résister à une couverture pareil ? Pas moi en tout cas ! Pourtant, l’ayant reçu à Noël 2013, il était resté dans ma PAL depuis tout ce temps. Alors, lorsque j’ai su que Mathieu de « Enjoy Books » allait le lire prochainement, j’en ai profité pour lui proposer une LC. Chose que nous avons faite et dont j’ai été ravie de partager.

Ici, on découvre une réécriture du Conte de Cendrillon, mais cette fois dans une version futuriste et dystopique. Cinder nous est présentée dès la première page. Elle est à moitié humaine et à moitié Cyborg. Comme dans l’histoire Originale de Charles Perrault, cette dernière vit avec sa belle-mère (Adri) et ses deux demi-sœurs (Pearl et Peony). Même si Adri est détestable à souhait, il n’y a seulement que Pearl qui l’est tout autant que sa mère.

Ce récit présente également d’autres enjeux que ceux que l’on connaissait déjà et c’est cela qui le rend autant intéressant ! A la lecture, on constate qu’une grave maladie sous une allure d’épidémie sévit sur la ville de New Beijing depuis déjà plusieurs années. Mais ce n’est pas tout, le Prince Kai à aussi de quoi se faire des cheveux blancs.

Dès le début, j’ai réussi à rentrer dans l’histoire et dans cette atmosphère particulière. Cependant, avec du recul, je constate que l’histoire met du temps à démarrer, qu’il faut attendre la présentation des protagonistes, des lieux et de l’univers imaginé par Marissa Meyer pour que l’intrigue démarre vraiment. Heureusement, au fil de la lecture le rythme s’accélère crescendo jusqu’à la dernière page.

Lorsque la révélation de la fin est arrivée, je ne suis pas tombée des nues. Nous (Mathieu et moi) l’avions déjà deviné une centaine de pages auparavant. Toutefois, elle annonce de beaux rebondissements pour la suite avec Scarlet, le tome 2.

Le portrait de chacun des personnages est bien travaillé. Leur caractère et personnalité sont affirmés et définis. Cinder est généreuse et humaine. Elle est prête à tout pour les personnes qu’elle aime quitte à se mettre en danger. J’ai vraiment aimé suivre ses aventures tellement je l’ai trouvé attachante. Kai est un Prince bienveillant dont j’ai aimé les moments qu’il partage avec Cinder. L’adorable petite Peony est juste trop mimi avec sa joie de vivre. Par contre, j’ai clairement détesté Adri, Pearl et Levana dont seule leur motivation compte à leurs yeux.

La plume de Marissa Meyer est fluide et addictive. Pour ma part, chaque page appelle la suivante. De plus, la narration à la troisième personne nous donne la vue d’ensemble nécessaire pour bien connaitre et s’imprégner de l’univers de ce premier tome. J’ai aussi beaucoup apprécié que le roman soit découpé en 4 livres. Ces différentes parties apportent et abordent un nouvel élément précis et dont chaque fin appelle la phase suivante.

En conclusion :

Cette réécriture du Conte de Cendrillon m’a beaucoup plus. Les nouveaux éléments apportés ont été bien exploités afin de d’enrichir l’histoire. Tous les protagonistes sont hauts en couleurs et ont un rôle bien défini. Je me demande d’ailleurs si les plus effacés d’entre eux auront une place plus importante dans la suite de la saga. Et puis, il y a cette plume où les pages se sont tourné toutes seules. Bref, j’ai vraiment beaucoup aimé et j’ai hâte de découvrir Scarlet !

Note : 18/20

Voir les commentaires

Publié le par Mo comme Mordue
Publié dans : #Thriller, #Policier, #2015
L’heure des fous de Nicolas Lebel

Synopsis :

Paris : un SDF est poignardé à mort sur une voie ferrée de la gare de Lyon. « Vous me réglez ça. Rapide et propre, qu’on n’y passe pas Noël », ordonne le commissaire au capitaine Mehrlicht et à son équipe : le lieutenant Dossantos, exalté du code pénal et du bon droit, le lieutenant Sophie Latour qui panique dans les flash mobs, et le lieutenant stagiaire Ménard, souffre-douleur du capitaine à tête de grenouille, amateur de sudoku et de répliques d’Audiard... Mais ce qui s’annonçait comme un simple règlement de comptes entre SDF se complique quand le cadavre révèle son identité. L’affaire va entraîner le groupe d’enquêteurs dans les méandres de la Jungle, nouvelle Cour des miracles au cœur du bois de Vincennes, dans le dédale de l’illustre Sorbonne, jusqu’aux arrière-cours des troquets parisiens, pour s’achever en une course contre la montre dans les rues de la capitale. Il leur faut à tout prix empêcher que ne sonne l’heure des fous...

Mon avis :

Je remercie le groupe READ qui grâce à lui m’a permis de découvrir les romans de Nicolas Lebel. Alors, bien entendu, lorsque j’ai appris que l’auteur serait présent au Printemps du livre de Montaigu, je m’y suis précipitée. Ce fut d’ailleurs, une très agréable rencontre avec beaucoup de fous rires. Je vous le dis : Si vous voyez Nicolas Lebel, allez le voir, vous passerez un très bon moment de rigolade !

Je suis d’ailleurs ravie d’avoir pu partager cette lecture avec l’un de ses administrateurs, Guillaume de « Tribulations d’une vie »

Concernant le roman, l’histoire commence par la découverte d’un corps de SDF dont l’équipe de Mehrlicht a été dépêché sur cette nouvelle affaire. Alors, que l’enquête semblait au premier abord être simple et rapide à boucler, la révélation de l’identité de la victime affirme tout le contraire. C’est sûr les quelques éléments en leur connaissance que ce groupe va poursuivre leurs recherches à travers tout Paris.

L’intrigue est incroyablement bien ficelée. Le travail d’investigation va dévoiler au compte-gouttes les nouvelles informations clés qui vont permettre au lecteur d’assembler les différentes pièces du puzzle. Jusqu’à la toute fin, l’action de cette histoire est présente. A aucun moment, je ne me suis ennuyée !

Avoir une bonne intrigue, c’est déjà une force, mais avoir en plus un rythme de fou, ça donne un roman complètement dingue et addictif. Les chapitres plus ou moins courts apportent le tempo au récit. Un rythme qui nous empêche de reposer le livre.

J’ai énormément apprécié les éléments historiques incorporés ainsi que les autres. On ne peut que constater tout le travail de recherche effectué par l’auteur qui grâce à lui m’a permis d’apprendre beaucoup de choses.

Ayant émit plusieurs hypothèses, j’avais cependant compris une petite partie de la fin. Nicolas Lebel à su donc me surprendre et c’est exactement ce dont je recherche en lisant un thriller.

Quand aux protagonistes, chacun d’entre eux est très bien travaillé et exploité. Ils se complètement tous parfaitement. Cette équipe est vraiment à découvrir par vous-même, cela en est que plus délicieux ! L’humour pince sans rire du Capitaine Mehrlicht, m’a énormément fait rire ! Sans lui, le roman serait bien sombre, il apporte le bon dosage de légèreté, ni trop, ni pas assez.

La plume de Nicolas Lebel est très fluide, addictive et riche. Les différents registres de langages sont présents. J’ai également beaucoup aimé pour cette raison.

En conclusion :

Pour une découverte et un premier roman de l’auteur ce fut une magnifique réussite !! Tout est bon dans cette histoire ; l’intrigue, le rythme, la narration, les personnages, le ton du roman ni trop noir, ni trop d’humour et la plume. Bref, pour moi, c’est un petit coup de cœur !! Et j’ai hâte de découvrir les deux autres romans de Nicolas Lebel !

Note : 19/20

Voir les commentaires

NetGalley

 

 

 

 

 

 

Articles récents

Badge Lecteur professionnel

Hébergé par Overblog