Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Publié le par Mo comme Mordue
Publié dans : #Contemporaine, #Romance, #2016
Bertrand et Lola d’Angélique Barbérat

Synopsis :

Pourquoi Lola a-t-elle sonné à cette porte ? Pourquoi Bertrand a-t-il ouvert ? Comment peut-on tomber amoureux en dix secondes ?

Durant quelques heures d’un bonheur insoupçonné, Bertrand et Lola vont s’aimer et tout oublier. Lui, qu’il est photographe, épris de liberté. Elle, qu’elle est hôtesse de l’air, sur le point de se marier. Pourtant, ensemble, ils prennent la plus sage et la pire des décisions : poursuivre leur chemin et leurs carrières respectives.

Mais, quand on est envahi par un si grand amour, tout devient plus fort, l’absence, le manque, l’attente, le besoin, le remord. Piégés dans leur propre vie, comment Bertrand et Lola pourront-ils se libérer ?

Mon avis :

Après avoir découvert et avoir eu un immense COUP DE CŒUR pour le premier roman de l’auteure « L’instant précis où les destins s’entremêlent », je n’ai pas pu résister à l’attraction de « Bertrand et Lola ».

Ici, on fait rapidement et successivement la connaissance de Lola puis Bertrand jusqu’à leur rencontre. Dès leurs premiers mots échangés, le coup de foudre les frappe. Ils passent quelques heures ensemble où ils partagent sans aucune limite, bonheur simple et amour vrai et sincère. Mais après leur séparation d’un commun accord, chacun ne peut complètement reprendre leur vie comme elle l’était auparavant. Chacun pense sans cesse à l’autre, alors que Lola va se marier et que Bertrand n’envisage pas d’arrêter de voyager aux quatre coins du monde pour assouvir sa passion ; la photographie. Tous deux espèrent et ne souhaitent qu’une seule chose, que la vie les réunisse à nouveau.

Le manque et l’absence de l’autre étant plus forts et plus déchirant à chaque seconde, ils vont chercher à forcer le destin pour se retrouver et partager d’autres moments ensemble. Mais, peuvent-ils se contenter d’instants volés ? Lola décidera-t-elle de tout quitter pour Bertrand ou s’enfermera- t – elle dans un mariage où elle n’est pas heureuse ? Bertrand, arrivera-t-il à vivre avec Lola sans sa soif de liberté ?

Cette fois-ci, Angélique Barbérat a décidé de traiter dans ce roman, le coup de foudre et l’Amour avec un grand A. Celui que l’on rencontre qu’une seule fois dans sa vie, qui est si fort et si présent que chaque émotion ressentie est amplifiée dans chaque cellule de nos corps. Celui où l’évidence parle d’elle-même. Celui où les obstacles, aussi grand soient-ils, qui se dressent sans cesse devant nous ne peuvent pas en venir à bout. Cela dit, la route du bonheur de Bertrand et Lola est semée d’embuches. Absolument rien n’est facile. Comme si la vie leur faisait un pied de nez pour avoir pris la plus sage des décisions ; Celle d’avoir étouffée leur brève histoire d’amour passionnée.

Tout comme dans « L’instant précis où les destins s’entremêlent », le roman est découpé en plusieurs parties, lui-même divisé en très courts chapitres. J’avais beaucoup aimé ce découpage et ici, c’est également le cas. Chaque partie traite d’un sujet, d’une étape de l’histoire entre Bertrand et Lola. Les courts chapitres aident et donnent la dynamique dont le roman a besoin. De plus, avec l’alternance des points de vue, le lecteur rentre très facilement dans leur vie, dans leur quotidien. Grâce à ces particularités et à son intrigue, l’addiction est très rapide. Les pages se tournent à une vitesse folle et les 490 pages s’avalent rapidement.

Même si la fin de cette histoire peut éventuellement se suffire à elle-même, tout ce roman est en réalité une introduction des vies entre ces deux êtres. La suite « Lola ou l’apprentissage du bonheur » traite de quelle manière il est possible de construire une relation de couple, suite aux conséquences d’un événement important dans ce livre. En prime, on a le bonheur de savoir que l’on peut retrouver ses formidables protagonistes. Alors, forcément je dis oui et j’ai hâte de mis plonger prochainement !

Du côté des personnages, Bertrand et Lola sont comme vous et moi. Ils sont Monsieur et Madame tout le monde et c’est ça qui les rendent si crédible et attachants. Lola est une jeune femme bien dans sa peau, joyeuse, équilibrée. Bertrand quant à lui est un nomade, il a besoin de partir à l’aventure et capturer l’instant précis pour les immortaliser. Mais, tous les deux ne sont pas uniquement cela, ils vont beaucoup évoluer et changer. A vous de découvrir comment.

J’ai également aimé rencontrer et suivre les différents personnages qui gravitent autour d’eux. Ils apportent beaucoup de richesse au récit.

La plume d’Angélique Barbérat est toujours aussi magnifique. Elle est intelligente et percutante. Chaque mot est mesuré à la perfection, rien n’est à côté. J’ai été touchée, émue, bouleversée, apeurée, triste, frustrée, … telle prise au piège d’un gigantesque tourbillon d’émotions. En plus de ce don bien exploité, cette histoire et ces personnages ne peuvent que vous toucher par leur réalisme.

En conclusion :

Avec Bertrand et Lola, Angélique a réussi une fois de plus à m’embarquer et m’envouter dans cette romance mouvementée. J’ai aimé tous les reliefs de cette histoire, le fait que rien ne soit simple, le réalisme, la narration, la plume, les émotions ressenties et bien sûr, l’amour que Bertrand et Lola se portent mutuellement.

Si vous aimez les histoires d’amours contemporaines complexes, vous serez ravi et servi ! Et les autres, si vous hésitez encore, je n’ai qu’un seul mot : FONCEZ !

Note : 19/20

Voir les commentaires

Publié le par Mo comme Mordue
Publié dans : #Contemporaine, #2016
Désolée, je suis attendue d’Agnès Martin-Lugand

Synopsis :

Yaël ne vit que pour son travail. Brillante interprète pour une agence de renom, elle enchaîne les réunions et les dîners d'affaires sans jamais se laisser le temps de respirer. Les vacances, très peu pour elle, l'adrénaline est son moteur. Juchée sur ses éternels escarpins, elle est crainte de ses collègues, et ne voit quasiment jamais sa famille et ses amis qui s'inquiètent de son attitude. Peu lui importe les reproches qu'on lui adresse, elle a simplement l'impression d'avoir fait un autre choix, animée d'une volonté farouche de réussir. Mais le monde qu'elle s'est créé pourrait vaciller face aux fantômes du passé.

Mon avis :

Je tiens tout d’abord à remercier Camille et les Editions Michel Lafon pour leur confiance et pour m’avoir permis de découvrir cette fabuleuse histoire. Je remercie également et très chaleureusement Agnès pour sa surprise, son attention et ses mots déposés. Ils m’ont beaucoup touchée et émue.

Après avoir découvert « Les gens heureux lisent et boivent du café » et sa suite « La vie est facile, ne t’inquiète pas », il m’était impossible de passer à côté de « Désolée, je suis attendue », son nouveau roman. C’est donc avec un très grand enthousiasme que je me suis jetée dessus !

Concernant l’histoire, on rencontre pour la première fois, une Yaël jeune, insouciante et fêtarde qui prend la vie comme elle vient. Elle aime en profiter et elle le fait bien savoir. Puis, on la retrouve 10 ans plus tard, où on découvre une toute nouvelle Yaël. Elle ne vit que pour son travail et rien d’autre ne l’intéresse. A tel point qu’un énorme fossé s’est creusé au fil des d’années entre sa famille et ses amis. Elle est froide, indifférente et prendre un certain plaisir assez malsain à écraser ses collègues. Autant dire que la Yaël d’hier et aujourd’hui, c’est comme le jour et la nuit et qu’elle est passée du côté obscure. Alors, quel est le déclencheur de ce changement radical ? Est-il possible que la Yaël de sa jeunesse soit encore en elle et qu’elle revienne ? Trouvera-t-elle le bon équilibre entre sa carrière professionnelle et sa vie personnelle ?

Dans ce portrait que nous peint Agnès, il est question d’équilibre. Un équilibre dans son milieu et carrière professionnelle et celui de sa vie privée. Grâce à l’auteure, chaque lecteur et lectrice peut se reconnaitre dans ce roman. Nous avons tous à un moment ou un autre, privilégié l’un plus que l’autre. Agnès possède ce grand talent de nous pousser à la réflexion et de nous amener à travers l’histoire de Yaël, à nous souvenir que nous ne pouvons pas vivre l’un sans l’autre. Qu’il faut revenir à nos fondamentaux, à ne pas oublier de rester nous même, au risque de nous perdre. C’est en avançant dans la lecture que le recul se fait et permet de comprendre l’importance du premier chapitre.

Malgré, la longueur des chapitres, celui-ci, comme pour les autres romans, s’est vite avalé. Une fois dedans, impossible de le lâcher comme ça, il faut presque que la raison soit vitale pour le poser. J’ai été happé et retenu à chaque page, à chaque chapitre et j’en voulais en découvrir toujours et encore plus. Bref, l’addiction a été à nouveau au rendez-vous et j’en suis plus que ravie !

Jusqu’à la toute fin, le suspense est présent et quand la dernière page, la dernière phrase arrive, je me suis dit : Nooooon ! Pas déjà ?! Je serai bien restée encore un long moment au côté de Yaël, de sa famille et de ses amis. Son univers et toutes les personnes qui gravitent autour d‘elles vont me manquer. Mais, peut-être aurions-nous une suite ? Si c’est le cas, je serai là pour me l’arracher !

Côté protagoniste, je vous parlerai que de Yaël. Je préfère vous laisser le plaisir de découvrir tout ce petit monde par vous-même.

La Yaël ne vivant que pour son travail en deviendrait presque détestable. Mais, heureusement, grâce aux souvenirs de son ancienne elle, on ne peut que s’y attacher. Malgré tout, j’ai été comme ses amis. Plus d’une fois, j’ai eu envie de la secouer, de lui ouvrir les yeux. Mais, sans le déclic de sa part, le bandeau sur ses yeux ne pouvait que rester à sa place.

Ceux qui m’a le plus toucher et permis de l’aimer, c’est de découvrir toute son évolution, ses faux pas, ses gamelles, ses tâtonnements à son retour à la vie sociale et à son humanité. Tout est conté sans aucune fausse note et avec réalisme.

La plume et les mots d’Agnès possèdent quelques choses de magique. Elle est chargée de simplicité, de fluidité et d’authenticité. Ce qui permet à la psychologie présente de rendre le récit encore plus crédible et chargé d’émotions. En plus, avec l’emploi de la première personne du singulier, l’auteure nous permet d’être très proches de Yaël et par cette proximité, j’ai été touchée, chamboulée, bouleversée, perturbée et émue aux larmes.

Je ne pouvais pas conclure avant de vous parler de cette couverture. Comme pour chacun de ses livres, c’est une photographie en noir et blanc qui l’illustre. C’est LA marque de fabrique de l’auteure et j’adore ! J’adore ! J’adore ! Chacune d’elle dégage des sensations fortes et reflète parfaitement le contenu de chaque roman et le caractère de ses héroïnes. Celle-ci, n’échappe pas à la règle. Chapeau au photographe pour son magnifique travail !

En conclusion :

Une fois de plus, Agnès Martin-Lugand a réussi à m’embarquer dans la vie de Yaël et de vouloir rester à ses côtés encore plus longtemps. Le thème de cette histoire : « posséder un équilibre dans nos choix de vie est essentiel pour nous amener sur la route du bonheur », m’a fait réfléchir sur ma propre vie, mes propres choix et j’avoue que découvrir ce genre de roman me fait énormément de bien ! Il est même tombé à pic. Merci Agnès !

Je ne peux que confirmer que l’auteure a relevé très haut la main son nouveau défi avec son dernier roman. Je me dis d’ailleurs que je DOIS ABSOLUMENT lire très rapidement « Entre mes mains le bonheur se faufile », qu’il est plus que temps que je rencontre enfin Iris !

Note : COUP DE CŒUR !

La chronique de Mathieu (Enjoy Books), mon binôme pour cette lecture, ici

Voir les commentaires

Publié le par Mo comme Mordue
Publié dans : #New Adult, #Romance, #2016
Archer’s Voice de Mia Sheridan

Synopsis :

Quand Bree Prescott arrive dans la petite ville du Maine, elle espère y trouver la paix qu'elle recherche désespérément. Elle est là pour oublier le traumatisme qu'elle a subi dans sa ville natale et recommencer une nouvelle vie. Mais à peine installée dans sa nouvelle maison près du lac, elle va croiser Archer Hale, un homme solitaire et mystérieux, qui cache au fond de lui une profonde souffrance. Un homme que personne ne voit, un homme sans voix.

Mon avis :

Tout d’abord, je souhaite remercier ma copine Simi du blog « Les P'tits Loisirs de Simi » pour m’avoir offert ce roman. Sans elle, je n’aurai probablement pas lu cette histoire. Pourquoi ? La raison est simple, même si elle est complètement futile ^^ Je parle de cette couverture absolument A-TRO-CE où la position du mec et de l’eau du lac ne se marie pas bien. Mais, pour compléter dans l’horreur, il y a en plus une typographie banale, sans aucun travail fait dessus et aucune harmonie de couleurs avec les différents éléments de cette couverture. C’est un MASSACRE !! Je suis convaincue qu’il y a de nombreux Fan-art qui auraient été bien mieux et auraient rendu justice au contenu ce de roman !! Je trouve très agaçant qu’Hugo Roman massacre les couvertures des romans de leur collection « New Romance » alors que je suis sûre que leurs titres valent d’être découvert ! Il ne faut pas oublier que le visuel est ce qui attire l’œil et fait retenir l’attention du futur lecteur sur un livre plus qu’un autre !...

Côté histoire, on rencontre Bree, qui suite à un événement traumatisant, décide de prendre la route et de s’installer dans la petite ville de Pelion. Après quelques jours où elle commence à prendre ses repères, une rencontre inattendue va bouleverser son quotidien, sa vie. Il s’agit d’un jeune homme, Archer Hale. Bree entend diverses choses à son sujet, plus ou moins folles les unes que les autres. Mais, son intuition lui dicte d’apprendre à le connaitre par elle-même. Ensemble, Bree et Archer, vont développer une amitié forte, vont s’apprivoiser et vont continuer à entretenir et à renforcer ce lien qui les uni. Cependant, leur passé respectif reste malgré tout très présent. Arriveront-ils ensemble à le dépasser et à le surmonter ?

La rencontre entre deux êtres brisés et la reconstruction de leur vie n’est pas une nouveauté scénaristique. Mais ici, l’exploitation et l’addiction de cette intrigue ont pris toutes mes pensées en otage ! Pour vous dire, j’ai même rêvé plus d’une fois d’Archer, de Bree et de toute cette histoire.

Sans compter que l’alternance des points de vus des protagonistes principaux, ainsi que les souvenirs d’Archer donnent le rythme et la curiosité qui m’ont sans cesse poussés à toujours tourner les pages avec avidité.

Plus je m’approchais de la fin, plus j’angoissais sur les choix de l’auteure. Je me disais régulièrement : Et si, c’était ça ? A-t-elle osé ? Finalement, cette histoire aura su du début à la fin, me toucher, me bouleverser, me mettre en colère. Et parfois même, tout ça en même temps.

Côté protagonistes, Bree, cette jeune femme est bien plus forte qu’elle ne le soupçonne. Elle est également têtue. C’est grâce à cette obstination qu’ils vont ensemble, être le tuteur de l’un et de l’autre. Chacun va apporter ce dont l’autre a besoin.

Archer qu’en à lui possède une innocence, une bonté et une beauté naturelle qui m’a fait littéralement chavirer. Tous ses actes transpirent cela et on ne peut que tomber éperdument sous son charme.

La plume de Mia Sheridan m’a happé dans un tourbillon d’émotions dès la première page. Ces dernières sont fortes, brutes et pures et nous arrivent en pleine figure. Tout ce flot continuel m’a percuté et m’a perturbé. Je n’en suis d’ailleurs pas complètement sorti indemne de cette lecture et cela faisait bien longtemps que je n’avais pas ressenti de telles choses. Merci Mia !

En conclusion :

Ce roman m’a mis dans tous mes états. J’ai eu le cœur serré, des palpitations. Je suis passée du rire aux larmes. Bref, j’ai été prise dans un flot d’émotions fortes où cette histoire restera encore très longtemps dans ma mémoire ! Archer et Bree sont des protagonistes qui marquent votre esprit à l’encre indélébile et vous feront chavirer à votre tour si vous allez à leur rencontre.

Je vous invite très fortement à le faire au plus vite, vous ne serez absolument pas déçu !

Note : COUP DE CŒUR !!

Voir les commentaires

NetGalley

 

 

 

 

 

 

Articles récents

Badge Lecteur professionnel

Hébergé par Overblog