Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Publié le par Mo comme Mordue
Publié dans : #Jeunesse, #Contemporaine
Miss Dumplin de Julie Murphy

Synopsis :

Willowdean est ronde, et alors ? Pas besoin d'être super slim pour s'assumer. Jusqu'au jour où elle rencontre Bo, qui porte un peu trop bien son nom, et ne tarde pas à lui voler un baiser. Mais peut-il vraiment l'aimer ? On lui a tellement dit que les filles comme elle ne sont que des seconds rôles.

Un seul moyen de retrouver confiance en elle : faire la chose la plus inimaginable qui soit... s'inscrire au concours de beauté local présidé par sa propre mère, ex-miss au corps filiforme. Entraînant dans son sillage tout un groupe de candidates hors normes, Will va prouver au monde, et surtout à elle-même, qu'elle aussi a sa place sous les projecteurs.

Mon avis :

Je tiens tout d’abord à remercier Camille et les Editions Michel Lafon pour leur confiance et pour m’avoir permis de découvrir cette histoire. Celle-ci me faisait énormément de l’œil depuis le salon de Montreuil et donc, c’était avec impatience que je me suis jetée dessus.

Ici, on rencontre Willowdean une adolescente de 16 ans. Elle est ronde et jusque là, elle l’assumait complètement. Mais, tout a changé quand son collègue Bo lui dévoile son attirance pour elle. Elle doute de sa sincérité et décide de l’éviter, alors qu’elle pense sans cesse à lui. La confiance que Willowdean possède en elle, vole en éclat et elle se retrouve donc coincée entre ce que lui dicte son cœur et son cerveau. Cet événement la conduit donc à mener sa révolution et à s’inscrire au célèbre concours de beauté de sa commune. Cependant, est-ce la bonne solution pour réussir à s’accepter tel que l’on est ?

En commençant ce roman, je m’attendais à une histoire dont le cœur du sujet serait le concours de beauté, pourtant ce n’est pas le cas. Cette partie du récit met du temps à apparaitre et représente finalement qu’une quarantaine de pages. Pendant toute cette attente, on a affaire aux angoisses d’une adolescente mal dans sa peau. Je pense que cela aurait pu être plus intéressant s’il avait été traité d’une autre manière. En plus, même si Willowdean agit parfois de manière très maladroite, elle commet plusieurs fois les mêmes erreurs. Ce qui donne souvent cette impression de surplace. Résultat, j’ai été très frustrée et aussi très agacer de la voir agir de cette façon.

Il est vrai que ce roman parle de problème de poids, d’obésité, mais c’est surtout un prétexte de traiter l’acceptation de soi et/ou d’être capable de pouvoir se regarder dans la glace et ne pas avoir honte de son reflet. Dans cette optique, j’aurai aimé que l’auteure exploite et mette davantage en avant les complexes des « amies » de Willowdean. Cela aurait permis de donner plus de profondeur et d’éviter le côté indigeste de son comportement.

Si je n’avais eu qu’un problème avec l’intrigue, ça aurait pu éventuellement passer avec une bonne dynamique rythmique. Mais, malheureusement, je l’ai trouvé inégal. Ces nombreuses longueurs m’ont freiné dans ma lecture, ce qui fort dommage.

D’ailleurs la conclusion est très, voir trop rapide. Cependant, les événements de la fin rattrapent tout de même le tout. J’ai aimé l’optimiste que l’on découvre, sans qu’il y en ait de trop. Le dosage est juste parfait.

Du côté des protagonistes, je vais uniquement vous parler de Willowdean pour que vous puissiez découvrir par vous même, les personnages qui gravitent autour d’elle. Et comme vous l’avez certainement compris, j’ai eu à plusieurs reprises des problèmes de connexion avec elle. Par exemple : j’ai détesté son attitude vis-à-vis de sa meilleure amie lorsque celle-ci décide de s’inscrire également au concours. Comme si elle avait le monopole du concours. Ou bien : Son comportement vis-à-vis de Bo et d’un certain Mitch. (Surtout que ces deux garçons sont juste adorables avec elle). Elle n'est honnête avec aucun des deux, ce qui n'est resceptueux ni pour l'un, ni pour l'autre. Ces illustrations traduisent de manière flagrante son manque de maturité qui desserve l’histoire.

La plume de Julie Murphy est simple, accessible, fluide et agréable à lire. Pourtant, je n’ai pas été transporté comme je l’aurai souhaité.

En conclusion :

A mon plus grand regret, ce roman a été une déception. J’explique cela par l’attitude immature et agaçante de Willowdean, le manque d’approfondissement sur le cœur du sujet du roman : l’acceptation de soi et la tolérance et les nombreuses longueurs ressenties.

Si ce titre vous intrigue et vous intéresse, surtout, ne vous arrêtez pas à mon avis. Il y a de nombreux avis positifs que vous pouvez lire. Mais, la meilleure des solutions à votre hésitation (si vous en avez) c’est de vous le procurer et de vous faire votre propre avis.

Note : 10/20

Voir les commentaires

Publié le par Mo comme Mordue
Publié dans : #Jeunesse, #Contemporaine, #2016
Sauveur & Fils : Saison 1 de Marie-Aude Murail

Synopsis :

Quand on s’appelle Sauveur, comment ne pas se sentir prédisposé à sauver le monde entier ? Sauveur Saint-Yves, 1,90 mètre pour 80 kg de muscles, voudrait tirer d’affaire Margaux Carré, 14 ans, qui se taillade les bras, Ella Kuypens, 12 ans, qui s’évanouit de frayeur devant sa prof de latin, Cyrille Courtois, 9 ans, qui fait encore pipi au lit, Gabin Poupard, 16 ans, qui joue toute la nuit à World of Warcraft et ne va plus en cours le matin, les trois soeurs Augagneur, 5, 14 et 16 ans, dont la mère vient de se remettre en ménage avec une jeune femme…

Sauveur Saint-Yves est psychologue clinicien.

Mais à toujours s’occuper des problèmes des autres, Sauveur oublie le sien. Pourquoi ne peut-il pas parler à son fils Lazare, 8 ans, de sa maman morte dans un accident ? Pourquoi ne lui a-t-il jamais montré la photo de son mariage ?

Et pourquoi y a-t-il un hamster sur la couverture ?

Mon avis :

Sauveur & Fils saison 1 est le titre qui a été retenu pour l’ouverture du club de lecture « Les marmottes à bigoudis » créé par Marie Pavlenko (Auteure de Le livre de Saskia, La Fille-Sortilège, Marjane, La mort est une femme comme les autres) sur Goodreads. Ce roman m’intriguait par les différents thèmes abordés. J’étais donc ravie de ce choix.

Nous rencontrons donc Sauveur, un père célibataire d’une quarantaine d’année. Il est psychologue clinicien. Ces patients sont principalement des enfants et des adolescents qui le confronte quotidiennement à des situations, des cas clinique très divers. Parallèlement, nous suivons la vie de Lazare, son fils de 8 ans. Celui-ci ne manque pas inventivité pour pimenter chacune de ses journées. Mais, ce dernier ne chercherait-il pas un moyen de combler un vide en lui ?

Ce qui est très intéressant dans ce roman, c’est la multitude de sujets abordés. Il y a d’abord le quotidien de cette famille mono parentale, avec toutes les difficultés que cela implique. Il y a également, les cas médicaux exposés, tous très actuels dans la société de nos jours. Et il est question aussi de tolérance sur les modes et choix de vie, sur les origines, sur les idées préconçus que l’on peut avoir sur les autres. C’est une histoire très complète, écrite avec justesse et intelligence. Toutes les situations décrites amènent le lecteur à la réflexion.

Ce livre est rythmé par les semaines de travail de Sauveur, qui sont elles mêmes cadencées par les journées de consultations et les moments partagés avec Lazare. Ici, on ne fait pas que lire, on vit pleinement leur quotidien comme s’il pouvait être le notre. Le réalisme est tel que j’en ai souvent oublié qu’il s’agissait d’une fiction. Du coup, les pages se sont tournées sans cesse jusqu’à la dernière sans m’en rendre compte. Pour tout cela, BRAVO à Marie-Aude Murail !

Même si ce roman, n’est pas un one-shot, mais le premier d’une série, la fin ne se termine pas sur un cliffhanger. Elle clôt magnifiquement un « chapitre » dans la vie de nos personnages et donne même un signe d’un prochain renouveau.

Du côté des protagonistes, Sauveur est incontestablement le héros de ce roman jeunesse, bien qu’il soit un adulte. L’auteure arrive à faire cet exploit de manière très habille, aux travers de ces patients. En plus, même s’il est passionné par son métier, son côté humain est mis en avant par les doutes qu’il possède dans certaines situations. Le lecteur connait aussi depuis le début, ses origines Antillaise et également un passé douloureux dont il n’aborde jamais. Ce mystère est comme un fil rouge que l’on cherche à lever.

Lazare est comme tous les petits garçons de 8 ans. Il est vif, curieux, intelligent et plein de ressources. On ne s’ennui pas une seconde avec lui et son meilleur ami Paul. J’ai énormément ri à leur côté.

Il ne faut pas oublier tous les autres personnages, dont le panel de caractères et les interactions entre eux constituent une véritable force à cette histoire. Pour ma part, c’était un vrai bonheur de partager leur quotidien et de les avoir tous rencontrer. J’ai hâte de pouvoir les retrouver prochainement.

La plume de l’auteure est très fluide, entrainante et addictive. Marie-Aude Murail apporte aussi et grâce aux enfants et adolescents, l’humour et la fraicheur nécessaire pour contrebalancer tous les sujets difficiles qui y sont abordés.

En conclusion :

Ce roman a été une merveilleuse découverte ! J’ai absolument tout aimé dans ce roman. Que ce soit les sujets abordés, la multitude des personnages gravitant autour de Sauveur et de Lazare, le ton donné, l’émotion, l’humour et la réflexion que l’auteure pousse le lecteur à mener. Absolument tout est présent pour en faire un livre fort, percutant et actuel.

Encore merci à Marie-Aude Murail pour cette histoire et merci Marie Pavlenko pour cette magnifique découverte !

Note : 19/20 COUP DE CŒUR !

Voir les commentaires

NetGalley

 

 

 

 

 

 

Articles récents

Badge Lecteur professionnel

Hébergé par Overblog