Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Publié le par Mo comme Mordue
Publié dans : #Contemporaine, #Suspense, #Romance, #2017

Synopsis :

Marta K. est retrouvée dans la remorque d'un camion en Allemagne, à la frontière polonaise. Elle ne se souvient aucunement de son passé, et même lorsqu'on lui présente son mari et son fils, son amnésie est totale. Elle rentre alors chez elle, entourée de ses proches, avec le sentiment que quelqu'un qu'elle a oublié est encore ancré en elle et lui manque terriblement.

 

Mon avis :

Je tiens tout d’abord à remercier Camille et les Editions Michel Lafon pour leur confiance et pour m’avoir permis de découvrir le dernier roman d’Angélique. Après « L’instant précis où les destins s’entremêlent » et « Bertrand et Lola », j’avais hâte de retrouver cette magnifique plume !

Ici, on rencontre une femme amnésique. Elle ne sait plus qui elle est et d’où elle vient. Elle se rappelle juste des deux Polonais qui l’ont trouvée et qui l’ont sauvée. Après plusieurs semaines de convalescence, les autorités découvrent enfin son identité. Elle est Martha Klein et possède une famille. Elle espère alors avoir des flashs de souvenirs lorsqu’elle la verra enfin. Mais, lorsque son mari et son fils viennent la chercher, rien ne se produit. C’est alors, que Martha doit réapprendre à vivre au côté de ses inconnus. Pourtant, au plus profond d’elle-même, elle ressent une forte absence. Quelle est-elle ?

L’intrigue est centrée sur la reconstruction de la vie personnelle de Martha, avec les relations qu’elle entretien avec les membres de sa famille et de ses amis. Elle n’a pas le choix que de leur faire confiance pour pouvoir avancer. Pourtant, certains événements lui indiquent de rester méfiante. Car, après tout, comment a-t-elle eu son accident qui l’a rendu amnésique ? Et si quelqu’un lui voulait du mal ? C’est à travers toutes ces problématiques que le lecteur évolue au côté de Martha.

Qui dit pertes de mémoire, dit temps pour que la situation évolue, change. C’est pourquoi le début (une centaine de pages) démarre doucement pour que toutes les pièces du puzzle se mettent en place. A partir de l’élément déclencheur, le rythme de cette histoire s’intensifie de façon crescendo. Les événements se succèdent aussi vite que les pages, les chapitres et les différentes parties. L’addiction est telle que, les 396 pages du roman, sont avalées sans s’en rendre compte.

Une fois de plus, Angélique Barbérat m’a proposé une fin qui m’a touché en plein cœur. Plus d’une fois j’ai eu les larmes aux yeux durant cette lecture, mais là, je n’ai pas pu les retenir. Encore MERCI Angélique !

Du côté des protagonistes, comment ne pas s’attacher à Martha, cette femme qui a perdu tous ses repères et qui doit à nouveau tout se réapproprier, tout reconstruire. C’est une femme bien plus forte qu’elle ne le croit. Ses premiers souvenirs qui nous montrent une autre facette d’elle m’ont émue.

Il y a un autre personnage qui arrive un peu plus tard, mais qui a une place capitale dans l’histoire. Je n’en dirai pas plus, pour que vous ayez la surprise. Mais sachez que vous succomberez à coup sûr ! En tout cas, il ne m’a pas fallu longtemps pour que ça soit le cas.

Quant à la plume d’Angélique Barbérat, elle est tout simplement MAGIQUE !! Avec des mots simples, elle arrive à transmettre mille et une émotions sur toutes sortes de sujet. De plus, la sensibilité qu’elle dégage m’a énormément bouleversée. A tel point qu’il m’a été impossible de sortir indemne de ce gigantesque tourbillon de sentiments.

 

En conclusion :

Cette dernière parution d’Angélique Barbérat aux Editions Michel Lafon, m’a complètement transporté ! L’histoire est magnifique, malgré un début un peu long. A nouveau, la force de l’amour, le vrai, est plus fort que tout. C’est ce que j’aime découvrir dans les romans de l’auteure. Elle possède une véritable magie pour nous faire vivre de magnifiques histoires sur des sujets difficiles et actuels.

Note : COUP DE CŒUR !

Voir les commentaires

Publié le par Mo comme Mordue
Publié dans : #Contemporaine, #2017

Synopsis :

Sait-on vraiment qui on est à dix-huit ans ?

Comme leurs mères avant elles, Isabelle, la rebelle, et Elena, l’enfant adoptée, sont amies depuis l’enfance. Étudiantes à Montpellier en 1986, elles apprennent l’autonomie. S’engagent pour les causes qui les font vibrer. Expriment leurs colères.

De leur côté, Jacqueline et Maryvonne sont toujours inséparables. Mais tellement différentes ! Jusque dans la façon d’accompagner leurs filles vers l’âge adulte.

Et puis il y a ce professeur qu’Isabelle remarque dès le premier cours… Comment va-t-il l’aider à se construire ?

Le Poids de la colère fait suite au Frisson de la liberté.

 

Mon avis :

Je remercie Florence Clerfeuille de m’avoir fait confiance une fois de plus et de m’avoir permis de connaitre la suite des aventures de Jacqueline et Maryvonne, mais surtout de leurs filles. C’est avec empressement que je me suis jetée dessus !

Ici, nous en 1986 et nous rencontrons Isabelle et Elena. Tout comme leurs mères respectives, Jacqueline et Maryvonne, elles décident de partir étudier à Montpellier. L’entrée vers l’âge adulte n’est pas aussi simple qu’elles l’espéraient. Surtout, entre leurs nouvelles vies étudiantes et les causes qu’elles défendent. Sans compter qu’Isabelle et Jacqueline ont des rapports mère/fille tendus, alors qu’Elena et Maryvonne sont très complices. Ces relations différentes et leurs incompréhensions auront-elles des conséquences sur l’amitié de ces amies inséparables ? Pour finir, il y a ce mystérieux professeur de Lettre d’Isabelle, qui la trouble de plus en plus. Mais pour quelle raison ? Et si cette colère bien plus grande, a une raison différente ?

De nouveau, les femmes et les jeunes femmes sont de nouveau mises au cœur de l’intrigue. D’ailleurs, c’est clairement le but de cette saga ; nous faire prendre conscience de la condition féminine et de l’évolution des mentalités. Actuellement, sur deux générations (la première avec Jacqueline et Maryvonne dans « Le frisson de la liberté »), on peut observer le combat acharné des femmes pour faire changer les esprits et ouvrir la voie du changement. Un combat long et constant, qui a fini par avoir gain de cause dans de multiple pays.

Ceci n’est pas le seul sujet du roman. On retrouve aussi Jacqueline et Maryvonne pour mon plus grand bonheur ! Leur rôle de mère et les relations avec leurs filles et leur entourage sont également mis en avant. Et on ne peut que constater que leurs méthodes d’éducations sont différentes.

Avec un sujet aussi passionnant que celui-ci, il fallait aussi une bonne dynamique. Celle-ci, elle est donnée avec un rythme sans temps mort où le lecteur navigue entre leur présent en 1986 et quelques retours dans le passé de Jacqueline et Maryvonne. J’ai beaucoup aimé ces alternances de temps. Elles permettent de mieux comprendre les réactions actuelles, des héroïnes du tome précédent.

La fin est belle et pleine de force. Elle est à l’image des femmes de cette saga. Elle clôture parfaitement bien ce volume, tout en donnant envie de découvrir la suite et fin de ces générations de femmes.

Du côté des protagonistes, Elena et Isabelle sont deux jeunes femmes fortes qui comme leurs mères avant elles, veulent faire changer les choses. Elles ne manquent pas de détermination dans les causes qu’elles défendent. Pourtant, elles sont très différentes.

Elena, est pleine de vie et ne manque pas d’amour de sa mère. Leur complicité est une partie de sa force et de son épanouissement. Par son éducation, elle est ouverte d’esprit et ne manque pas de donner son opinion sur certains sujets « sensible ».

Isabelle, est remplie de colère tout au fond d’elle-même. Elle ignore la véritable raison, mais elle en tient sa mère responsable. Elle ne comprend pas sa « façon d’être » générale. Ce comportement très différent de la plupart des mères envers son enfant la perturbe profondément.

Ce qui est certain, c’est que j’ai adoré les rencontrer et passer du temps avec elles. Elles ne manquent pas d’humour et je me suis immédiatement attachée à elles.

La plume de Florence Clerfeuille est un autre de ses points fort. Elle m’a une fois de plus complètement transporté ! Je me suis sentie très proche d’Isabelle et d’Elena, bien que l’histoire soit écrite à la 3ème personne. J’ai aussi ressenti beaucoup d’émotions diverses ; de la joie, de l’euphorie, de la tristesse, de la colère, … Tout en me poussant constamment à la réflexion.

 

En conclusion :

J’avais beaucoup aimé rencontrer leurs mères, alors, c’est avec une très grande joie que j’ai fait la connaissance d’Isabelle et d’Elena. Toutes les deux ont continué à défendre les droits et les conditions des femmes. Bien entendu, l’origine de leurs combats n’est pas seulement due aux actualités. Elle vient aussi de l’environnement et de l’éducation qu’elles ont reçue. Sans oublier, qu’elles sont confrontées à l’incompréhension des générations précédentes et qu’elles doivent faire face à certaines révélations.

Vous l’avez certainement compris. J’ai ADORE cette histoire et je vous recommande cette saga si vous ne l’avez pas déjà commencé. Pour ma part, j’attends avec grande impatience, le tome 3 qui clôtura cette formidable saga !

Note : COUP DE CŒUR !

Voir les commentaires

Publié le par Mo comme Mordue
Publié dans : #Jeunesse, #Contemporaine, #2017

Synopsis :

Ce voyage de classe dans les Alpes commence mal pour Mouse, fâchée avec ses meilleures amies. De son côté, Jack tente de mémoriser quelques mots de français et de se laisser convaincre par Max et Toddy que ce séjour au ski les aidera à améliorer leur score en matière de filles. Mais à l'hôtel, l'arrivée d'un chanteur à succès vient perturber leur rencontre et leurs plans. Les progrès en snow ne sont par garantis, mais côté drague, gags et fous rires, les jeunes Anglais ne seront pas déçus, et les lecteurs non plus !

 

Mon avis :

Si je ne faisais pas partie du club de lecture des « Marmottes à bigoudis » créé par Marie Pavlenko sur Goodreads, il est plus que probable que je serai passée à côté de cette lecture. Ce qui aurait été bien dommage. Je vous recommande d’ailleurs de nous rejoindre, les propositions livresques de Marie sont d’excellentes découvertes !

Ici, on rencontre deux trios d’adolescents. D’un côté Mouse, Kiera et Connie et de l’autre Jack, Max et Toddy. Dans le cadre d’un séjour scolaire, ils font connaissance dans l’hôtel de leur station de ski. Dès le premier soir, Mouse et Jack se remarquent du regard et ont des difficultés à ne pas s’observer l’un et l’autre. Mais tout se complique lorsqu’une star montante, de passage à l’hôtel, flashe également sur Mouse et que sa pire ennemie s’entiche de Jack. Autant dire que pour ces deux-là, apprendre à se connaître ne va pas être une mince affaire.

A première vue, l’intrigue est centrée sur les premières attirances et les émois amoureux. Mais, cette histoire est bien davantage. Elle nous conte également toutes les difficultés et les différents tourments rencontrés à cet âge-là. Tout comme les relations humaines qui se compliquent, avec les coups bas, les quiproquos et les situations cocasses qui se multiplient. Selon moi, ce roman aurait fait un excellent téléfilm teenager produit par Disney. Toutes les émotions présentes donnent un récit tout en couleurs et en relief. Je ne me suis aucunement ennuyée. Les événements s’enchaînent et sans s’en rendre compte, la fin est déjà là.

Du côté des protagonistes, Mouse est une jeune fille introvertie. Être au centre de l’attention la met très mal à l’aise. Mais, elle reste elle-même et fait son possible pour affronter tous ses soucis. Heureusement, elle est entourée par ses deux fidèles amies Kiera et Connie. Toutes deux sont de sacrées numéros à qui Mouse peut faire confiance en toutes circonstances.

Quant aux garçons, Jack est celui qui fait tourner la tête des filles. Il est beau garçon, mais ne se comporte pas en gros dur. Il est attentionné et put avoir tendance à perdre ses moyens quand il croit qu’il n’a aucune chance d’atteindre son but. Avec ses deux compères Max et Toddy, ils forment un trio aux personnalités complémentaires.

Une fois que vous les rencontrez et que vous les découvrez, vous allez vous rappeler de votre jeunesse et les aimer encore plus pour cette raison !

Enfin, l’écriture à quatre mains de cette histoire n’est que justesse, réalisme et émotions. Je suis passée du rire à la tristesse et également par la colère. C’est aussi avec sensibilité que certains sujets de l’adolescence sont abordés. Grâce à la plume des co-auteurs et à l’alternance des points de vu, ce roman est percutant et touchant.

 

En conclusion :

Cette histoire décrit très bien les facettes de l’adolescence, ce par quoi nous passons tous. Mouse, Jack et leurs amis n’y échappent pas et chaque instant qu’ils traversent est décrit avec justesse et réalisme. On rit, on enrage, on est parfois triste, mais surtout on s’attache bien vite à ces jeunes gens, qui nous rappellent ce que nous étions à leur âge. Si vous êtes pré-ado, ado ou bien que vous aimez le genre, surtout n’hésitez pas et foncez !

Note : 17/20

Voir les commentaires

Publié le par Mo comme Mordue
Publié dans : #Jeunesse, #2017

Synopsis :

Cameron devait être à l’abri pour de bon, dans cette vieille ferme paumée au milieu de nulle part. Son père ne les dénicherait jamais dans un coin pareil, avait dit sa mère, N’empêche, dès le premier jour, Cameron sent bien que quelqu’un est déjà là. Invisible, mais il le sent. Il l’entend même. Quels secrets va-t-il découvrir dans cette baraque ?

 

Mon avis :

Tout d'abord, je tiens à remercier ma copine Simi du blog « Les p’tits loisirs de Simi », de m’avoir prêté ce roman. Sans elle, je n’aurai probablement pas lu cette histoire. Enfin, pas aussi tôt.

Ici, nous rencontrons Cameron, un adolescent. Avec sa mère, ils ne restent jamais très longtemps dans les différentes villes où ils s’installent. Elle fait tout pour ne pas être retrouvé par le père de Cameron. Cette fois-ci, ils décident de s’installer dans une petite ferme d’un village reculé. C’est à peine arrivé que Cameron ressent une présence, puis la voit. Est-ce réelle ? Est-ce son imagination qui lui joue des tours ? Car, lui seul voit ce garçon avec son chapeau à la Davy Crockett. Et quelle est exactement cette histoire de chiens dont ses camarades de classe lui parle sans arrêt ?

Dès le premier chapitre, les questions surgissent. La première concerne ce père qu’ils fuient coûte que coûte. Et plus l’intrigue avance, et plus elles se bousculent ; tels que : Cameron vit-il des épisodes schizophréniques ? Est-il fou ou au contraire est-il sain d’esprit ? Ce « garçon » est-il un esprit/fantôme ou est-il sorti de l’imagination de Cameron pour se sentir moins seul ? Toute cette histoire avec basée sur ce flou là, entre réalité, angoisse et folie. L’atmosphère est oppressante et impossible à quitter.

Une fois plongée dedans, les pages et les chapitres se tournent rapidement. Et sans s’en rendre compte, la dernière page et la dernière phrase arrivent. Le désir d’en savoir plus sans arrêt, ne permet pas d’abandonner le livre un seul instant. On quitte cet univers une fois la lecture entièrement terminé.

Concernant la fin, j’en suis satisfaite. Elle m’a apporté toutes les réponses à mes nombreuses interrogations et bien davantage. Selon moi, cette conclusion ne peut pas en être une autre.

Du côté des protagonistes, je vous parlerai uniquement de Cameron afin de vous laisser découvrir les autres lors de votre lecture. Cameron est un lycéen comme tous les autres, mais il ressent fortement l’absence d’une figure paternelle. Il est également fatigué de devoir le fuir sans arrêt et aimerait pouvoir avoir une vie stable qui lui permettrait de construire sa vie. Mais cette priorité là, change lorsqu’il emménage dans cette ferme.

Enfin, la plume d’Allan Stratton est simple et incroyablement efficace ! Il sait parfaitement de quelle manière s’y prendre afin de transmettre le doute, l’angoisse, la peur et toutes autres sortes d’émotions. Vous verrez que vous ne sortirez pas indemne de cette lecture !

 

En conclusion :

Ce roman est la pépite que l’on m’avait décrite et fortement recommandé de découvrir. L’univers et l’atmosphère sombre et inquiétante à souhait donnent un roman prenant et addictif. Celui-ci est vraiment très très difficile à quitter. De nombreuses questions se posent aussi sur Cameron et toutes ces interrogations m’a tenu en haleine du début à la fin. Ce livre est à mettre de toute urgence entre toutes les mains !

Note : COUP DE CŒUR !

Voir les commentaires

NetGalley

 

 

 

 

 

 

Articles récents

Badge Lecteur professionnel

Hébergé par Overblog