Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #contemporaine catégorie

Publié le par Mo comme Mordue
Publié dans : #Contemporaine, #2017

 

Synopsis :

1977. Sonia, diseuse de bonne aventure, fuit Montréal avec ses deux filles, Lou et Georgia, pour trouver refuge à Memphis. Elles s’installent dans la chambre 306 du Motel Lorraine, inoccupée depuis 1968 lorsque Martin Luther King y a été assassiné.

Chacune à sa manière cherche à accomplir son rêve, à trouver sa place dans un monde tumultueux.

 

Mon avis :

Je tiens tout d’abord à remercier Camille et les Editions Michel Lafon pour leur confiance et pour m’avoir permis de découvrir ce roman de la Rentrée Littéraire.

Ici, on rencontre parmi les nombreux protagonistes, Louisiane, Georgia et leur mère Sonia. Après une décision prise sur un coup de tête, celle-ci conduit ses deux filles à Memphis où se trouve le Motel Lorraine. Cet établissement est surtout connu pour y avoir accueilli le Révérend Martin Luther King devant lequel il s’est fait assassiner. Dans ce nouvel environnement, Louisiane rêve de devenir modèle et Georgia chanteuse. Chacune va faire en sorte de s’entourer des bonnes personnes afin d’y parvenir. Y-arriveront-elles ?

Cette intrigue est plantée aux Etats Unis d’Amérique au milieu des années 70. Il s’agit de la fin de la ségrégation, mais il reste encore du chemin à parcourir avant que les mentalités changent totalement. Sonia et ses filles sont noires, mais possèdent comme tout à chacun, des rêves auxquels elles veulent croire. Ce côté culturel et historique à travers les droits civiques évoqués, rendent le sujet de cette histoire intéressante.

Concernant le rythme, il est en lien direct avec la construction du roman. Cette originalité est due à un narrateur différent à chaque chapitre. Ce procédé est peu utilisé lorsqu’il y en a plus de 2. Mais, c’est également captivant à suivre, car en fonction du conteur, sa narration et la vision de sa situation n’est plus la même que le précédent. Cela donne une dynamique et un tempo en constante évolution et complète le récit comme l‘assemblage d’un puzzle.

Du côté des protagonistes, j’ai aimé découvrir le passé de Sonia afin mieux la comprendre. Sa vie difficile donne aux lecteurs la compassion dont il a besoin pour éviter de trop la juger sur son comportement. Quant à ses filles, Louisiane possède une détermination et un très fort caractère qui l’empêche de se laisse marcher sur les pieds et de se concentrer sur son objectif. Georgia est plus facile à vivre. Elle est douce et introvertie. Mais, cela ne l’empêche pas de tout mettre en œuvre pour atteindre son rêve.

Ces trois personnages sont ceux avec qui j’ai passé de bons moments durant cette lecture. Cependant, il y a une multitude de protagonistes qui rentrent en jeu et ajoute leur histoire et leur observation. Mais, ils ne m’ont pas apporté autant que je l’aurai souhaité.

Pour finir, la plume de Brigitte Pilote est fluide et étonnante. Etonnante dans le sens où, certains chapitres sont écrits à la première personne et d’autres à la 3ème. C’est un peu déstabilisant au début, mais, on fini par s’y faire.

 

En conclusion :

Ce roman est surtout surprenant dans sa construction et dans son nombre important de narrateurs. Mais derrière ces éléments, il y a des sujets intéressant qui y sont abordés. On découvre le combat et les conditions de vie des Américains de couleur, peu de temps après la ségrégation.

Malgré tous ces points positifs, il m’a tout de même manqué certains éléments pour que j’en sois totalement captivée et conquise.

Note : 15/20

 

Voir les commentaires

Publié le par Mo comme Mordue
Publié dans : #Contemporaine, #2017

Synopsis :

Durant dix-huit ans, Vincent n'a cessé d'être trimballé de foyer en foyer. Quand Maggie le recueille, il pense avoir enfin trouvé son refuge. Mais il se trompe, une fois de plus. Brisé, Vince consulte Suicide Watch, un forum destiné à ceux qui songent à la mort. Il y rencontre Casper, tentée d'abandonner son combat contre le cancer, et le très discret Adam, qui se croit insignifiant. Vince va devoir faire un choix : vivre et affronter ses sentiments ou mourir sans savoir s'il aurait pu, un jour, goûter au bonheur.

 

Mon avis :

Après avoir découvert Sous la même étoile, j’avais très envie de découvrir un autre roman de l’auteure. Celui-ci étant le seul présent dans ma Pile A Lire, je me suis donc jetée dessus.

Ici on rencontre Vincent, un jeune homme qui vient d’être diplômé de son baccalauréat. Alors que ce jour est cessé être festif, il apprend une terrible nouvelle. Brisé et portant un passé rempli de solitude et de peines, il va devoir trouver la force de continuer à vivre et de ne pas définitivement sombrer. C’est alors que le site Suicide Watch arrive dans sa vie. Après avoir constaté son contenu glauque, Vincent souhaite le quitter au plus vite. Mais celui-ci reçoit à ce moment précis un message de deux membres souhaitant échanger avec lui. Que lui veulent-ils ? Vont-ils le convaincre de mettre fin à ses jours ou bien veulent-ils seulement développer une amitié ? Pourquoi sont-ils inscrits sur ce site pro-suicide ?

L’intrigue est portée autour des interrogations que l’on peut se poser sur la mort, le suicide, mais elle est surtout centrée sur LA VIE. Cette VIE qui nous offre tellement de possibilités lorsque l’on en a conscience. Pour cela, l’auteure développe et met en avant la naissance d’une très forte amitié entre ces trois jeunes gens. Un lien rare et d’une puissance qui permet d’avancer un pas devant l’autre, jour après jours, sans vraiment s’en rendre compte.

Rythmiquement, l’immersion dans ce roman est si rapide que les pages se tournent rapidement. De plus, la fluidité des courts chapitres donnent indéniablement une addiction à l’histoire.

La fin ? Il n’y a qu’une seule chose à faire pour savoir si elle est lumineuse ou pas. Lisez-le et vous le saurez.

Du côté des protagonistes, Vincent est totalement perdu et en manque de repère lorsque l’on fait sa connaissance. Sa bonté et son côté "solitaire", pas par choix, mais par protection émotionnelle, vont le pousser à combler ce vide dans son quotidien et aller vers Casper et Adam. Il est attentif, loyal et aimant avec les personnes qui lui rendent en retour. Casper est la seule fille du trio. Elle est emphatique, voit toujours le verre à moitié plein et la beauté de la vie. Alors, pourquoi est-elle inscrite sur ce site ? Adam est très introverti. Lui aussi a son lot de soucis qui le ronge, mais il n’en laisse paraitre.

Ce trio très attachant est complémentaire. Ensemble, ils vont (ré)apprendre à vivre et découvrir ce qu’une véritable amitié peut apporter. C’est incontestablement LE message principal délivré par ce roman.

Pour finir, la plume de Kelley York est magnifique, fluide, juste et réaliste. Avoir décidé de faire de Vincent l’unique narrateur, permet de ressentir pleinement toutes ses blessures et émotions. Ce qui est certain, c’est que ce roman ne m’a pas épargné, loin de là. A plusieurs reprises, les larmes ont coulés toutes seules. Il est d’ailleurs fort possible qu’il vous retourne émotionnellement comme il l’a fait avec moi.

 

En conclusion :

Deuxième roman de Kelley York est deuxième réussite pour moi. Le sujet peut faire peur à certaines personnes, mais rassurez-vous, il est très bien traité et beaucoup de luminosité est apportée grâce à la forte amitié qui lie nos trois attachants protagonistes. Bref, je n’ai juste qu’un seul conseil concernant cette histoire : Courrez et procurez-vous le au plus vite !

Note : COUP DE CŒUR !

Voir les commentaires

Publié le par Mo comme Mordue
Publié dans : #Contemporaine, #2017

 

Synopsis :

Jeune senior de 59 ans, tout juste préretraitée, cherche à partager appartement proche tour Eiffel avec colocataire gai et optimiste. Profil idéal recherché : étudiant étranger voire jeune quadra en transition de vie. » Telle est l’étonnante annonce que la pétillante Jeanne a publiée pour réaliser son voeu le plus cher : habiter près de la tour Eiffel. Mise en retraite anticipée par son employeur, fière de laisser voler de ses propres ailes son fils Léo – le seul homme de sa vie –, Jeanne est déterminée à se prouver qu’il n’y a pas d’âge pour vivre ses rêves, en se lançant dans l’aventure de la colocation. Cette nouvelle vie, riche de surprises et de belles rencontres, pourrait bien l’amener à s’autoriser enfin à explorer des horizons qu’elle s’était jusque-là interdits.

 

Mon avis :

Je tiens tout d’abord à remercier Camille et les Editions Michel Lafon pour leur confiance et pour m’avoir permis de découvrir ce roman. Depuis que j’ai découvert Agnès Martin Lugand et Angélique Barbérat, j’ai de plus en plus envie de découvrir des romans d’auteur(e)s contemporains. C’est pourquoi, j’ai voulu tenter l’aventure au côté de Jeanne.

Ici, nous rencontrons Jeanne, une femme de 59 ans à qui l’on conseille fortement de prendre une retraite anticipée. Après avoir fait le point sur sa vie passé et présent, elle fait le choix de tenter de réaliser l’un de ses rêves : Vivre en colocation avec un jeune homme (de préférence Brésilien), mais surtout dans un appartement avec vue sur la Tour Eiffel. Jeanne met tout en œuvre pour porter à bien ce projet. Y arrivera-t-elle ? Cette expérience sera-t-elle aussi incroyable qu’elle le pense ? Va-t-elle lui apporter ce qu’elle recherche ? Ou bien, va-t-elle déchanter ?

L’intrigue de ce roman est portée par les souvenirs de Jeanne. Elle nous explique les événements forts de son passé et la raison de ses décisions dans le présent. Le pourquoi et la motivation de cette folle expérience de colocation avec un homme qui peut être pris pour son propre fils. Jeanne n’a finalement qu’une seule chose en tête, elle veut vivre sa vie pleinement avant que la vieillesse l’en empêche. C’est de cette manière, qu’au fil de l’histoire, nous faisons la connaissance de Paulo, de Julien et de Manuel. 3 hommes différents, qui vont avoir un fort impact sur la suite de son avenir.

Le rythme quant à lui est donné par ses courts chapitres. Il est partagé entre les souvenirs, les révélations et les actions de Jeanne. C’est tantôt lent, tantôt plus rapide. D’ailleurs, l’histoire commence doucement. Il m’a fallu attendre le 5ème chapitre pour que l’intrigue se mettre vraiment en place.

Bien que la fin soit belle et positive, j’ai été surprise de sa tournure. Si Jeanne avait eu 20 ans de moins, elle m’aurait été bien plus crédible.

Du côté des protagonistes, Jeanne en est le principal. Par sa vie, elle est attentive aux 3 hommes qu’elle a rencontrés. Bien plus qu’à son propre fils. Cependant, sa bienveillance et sa bonté la rende sympathique. Quant à Paulo, il est solaire grâce à ses origines Brésilienne et ce tempérament est communicatif. Julien est incontestablement celui qui a le plus évolué au côté de Jeanne. Il est devenu plus mature et plus responsable qu’à leur rencontre. C’est aussi celui dont je me suis le plus attachée. Et enfin, il y a Manuel, qui va lui apporte bien plus qu’elle ne le pensait.

Pour finir, la plume de Christine Jusanx est douce, simple et fluide. On avance petit à petit dans l’histoire pour nous démontrer qu’il n’y a pas âge pour réaliser ses rêves, même les plus fous.

 

En conclusion :

Ce roman représente la vie avant tout. Mais surtout celle que l’on a envie de vivre en tentant l’expérience des folies de notre jeunesse que l’on n’a jamais voulu essayer. Avec cette histoire, Christine Jusanx nous démontre qu’il n’y a pas d'âge pour vivre pleinement. C’est en tout cas, le message que je garderai en tête de ce livre.

Note : 13/20

Cette lecture a été faite dans le cadre d’une lecture commune avec Emi-Livres. Vous trouverez sa chronique ici.

Voir les commentaires

Publié le par Mo comme Mordue
Publié dans : #Contemporaine, #2017

 

Synopsis :

Elles ont grandi entourées d’amour ; elles vont découvrir la haine.

Rentrée 2012 : Louise et Chloé entament leurs études à Montpellier. Contrairement à leurs mères et grand-mères, amies depuis toujours elles ne peuvent pas se voir. Tout les oppose. C’est épidermique : l’une ne comprend rien à l’art, l’autre ne supporte pas le cartésianisme des surdoués.

Pourtant, toutes les deux vont se lier d’amitié avec des jeunes gays. Et se passionner, avec leurs familles respectives, pour les discussions autour du mariage pour tous.

Comment les jeunes filles vont-elles réagir au déferlement de haine que cette nouvelle loi entraîne dans son sillage ?

 

Mon avis :

Je remercie Florence Clerfeuille de m’avoir fait confiance une fois de plus et de m’avoir permis de connaitre la suite et fin des aventures des descendantes de Jacqueline et de Maryvonne. C’est avec une joie immense que je me suis jetée dessus !

Ici, nous sommes en 2012 et nous faisons la connaissance de Louise et de Chloé. Elles sont les petites filles de Jacqueline et de Maryvonne (rencontrés dans le Frisson de la liberté). Au grand dam de leurs grands-mères et de leurs mères, celles-ci ne se supportent pas. Il y a entre elles une animosité qui semble totalement irrémédiable. Pourtant, grâce au mariage pour tous qui est sur toutes les lèvres, elles vont toutes les deux connaitre un tournant décisif de leur vie. Surtout aux côtés de leurs amis gays. Arriveront-elles à être les amies que leurs ainées souhaitent depuis leur naissance ? Quel impact le mariage pour tous va avoir sur leur vie ?

Dans le frisson de la liberté, on découvrait que les droits des femmes étaient quasi absents de ce que nos générations actuelles connaissent. Dans le Poids de la colère, la condition féminine avait déjà fait un peu de son chemin en une seule génération. Les femmes pouvaient entre autres, choisir un contraceptif sans qu’on les montre du doigt. Avec Le choc de la haine, l’intrigue est centrée sur le mariage homosexuel avec le passage de cette loi. D’après moi, ce sujet est rarement exposé de cette façon et grâce à la magie des mots de Florence Clerfeuille, je me suis retrouvée catapulté 5 ans en arrière. J’ai revécu toute cette période sous un regard complémentaire de ce que j’avais moi-même pu être témoin à l’époque.

Une fois de plus, grâce aux courts chapitres et à l’intrigue passionnante, je n’ai pas vu les pages se tourner. Elles ont défilées à vive allure ! J’ai d’ailleurs dû m’obliger à le poser à plusieurs reprises afin d’éviter de le lire d’une traite. Comme pour tous les derniers tomes de saga, c’est toujours avec beaucoup d’appréhension que je dois dire au revoir aux protagonistes. C’est pour cette raison que je l’ai fait durer un maximum. Il m’a été douloureux de devoir quitter cette grande famille 2 en 1.

Ce tome 3 et cette saga se terminent en beauté ! Je n’aurai pas pu rêver mieux pour la clôturer. Toute cette grande histoire est une merveille, un bijou magnifique qui devrait être exposé dans toutes les librairies françaises !

Du côté des protagonistes, l’histoire est centrée sur Louise et Chloé. Louise est dotée une grande intelligence grâce à son QI plus élevé que la moyenne. Même si pendant tout son parcours scolaire cela n’a pas toujours été facile pour elle de se sociabiliser, elle a tout de même gardé un très grand cœur. Quant à Chloé, elle a grandit avec sa mère. Sa vie d’enfant de parent divorcé n’a pas toujours été facile, mais elle s’en est très bien accommodée.

Ce que j’ai particulièrement beaucoup aimé, c’est la force qui émane de ces 2 jeunes filles. Celle-ci transpire grâce à leurs vécus respectifs et rend cette histoire encore plus réaliste qu’elle ne l’est déjà avec la véracité de certains faits historiques.

Et pour finir, la plume de Florence Clerfeuille est un autre de ses points fort. Elle m’a à nouveau complètement transporté ! Je me suis sentie très proche de Louise et de Chloé, bien que l’histoire soit écrite à la 3ème personne. J’ai aussi ressenti beaucoup d’émotions diverses ; de la joie, de l’euphorie, de la tristesse, de la colère, … Tout en me poussant constamment à la réflexion.

 

En conclusion :

Dans les tomes précédents, j’avais adoré rencontrer leurs grands-mères et leurs mères et découvrir leurs conditions de vie. C’est donc avec empressement que j’ai fait la connaissance de Louise et de Chloé. Ces dernières sont bien les descendantes de leurs ainées. Elles possèdent leur force de caractères et mènent à leur tour le combat des inégalités sociales. Le tout est servi avec une plume parfaitement juste et réaliste.

Bref, pour moi, ce tome et cette saga sont un ENORME COUP DE CŒUR !! Et j’espère qu’elle sera lue par un très grand nombre de personnes !

Note : COUP DE CŒUR !

Voir les commentaires

Publié le par Mo comme Mordue
Publié dans : #Humoristique, #Contemporaine, #2017

Synopsis :

Jocelyne, boulangère quarantenaire, s'ennuie ferme dans sa ville du Cotentin. À la faveur d'une décision politique saugrenue, elle va reprendre en mains le cours de son existence ainsi que celui de sa commune peuplée d'administrés au caractère bien trempé. Elle va, au fil de ses mésaventures et des embûches qui ne manqueront pas de se présenter, se révéler à elle-même ainsi qu'aux autres.

Dans ce pétrin, vous trouverez des personnages hauts en couleur : des aristos, des gens « normaux », quelques hurluberlus, un réalisateur de films pornos, un curé pas très catholique, un président omnipotent.

Afin que la pâte lève bien, l'auteure a ajouté une pincée d'adultère, du suspense finement tranché, une bonne dose de solidarité mais aussi quelques zestes de lâcheté. Le tout nappé d'humour et de fantaisie.

 

Mon avis :

Je tiens tout d’abord à remercier Céline Barré pour sa confiance et pour m’avoir permis de découvrir son premier roman. Son résumé avait attiré mon attention et je voulais absolument découvrir cette histoire qui me promettait de bons fous rires.

Ici, on découvre les tribulations des différents membres de la commune de Tresville-sur-mer. Suite à la décision du Président de la République, les Tresvillois apprennent l’impensable : S’ils souhaitent avoir leur contournante afin que les poids lourds ne passent plus par leur centre ville, ils vont devoir être ingénieux et mettre la main à la pâte afin de le rendre attractif ! En effet, seules les villes qui prospèrent auront doit au financement de l’Etat pour leur projet. Malheureusement pour Jocelyne, la boulangère, c’est elle qui se retrouve à la tête de l’organisation du réaménagement des lieux incriminés. Mais entre son nouveau rôle, son métier et sa nouvelle employée qui fait du charme à son mari, il est difficile de tout gérer. Arrivera-t-elle à être un bon leadeur et motiver ses troupes avant la date fatidique ? Les Tresvillois auront-ils leur financement ?

C’est avec beaucoup d’humour caustique que l’auteure nous emmène au cœur de cette communauté et aborde les thèmes de société actuelle, tels que ; le pouvoir de l’Etat, les financements publics, les préjugés, les histoires de vies, les histoires de couples, les rêves, les désillusions, … Grâce à ce ton et à la tendresse qu’apporte Céline Barré, l’histoire et les protagonistes poussent les lecteurs à la réflexion sur leur propre vie, leurs propres choix et aussi sur d’autres sujets.

Les événements et les retournements de situations se déroulent fluidement, comme dans nos vies quotidiennes. Ils donnent le juste tempo à cette histoire. Constamment, j’ai voulu savoir le devenir de cette commune et ses habitants. A aucun moment je ne me suis ennuyée ! Il y a ce suspense de connaitre si oui ou non, Jocelyne et les autres vont réussir à obtenir l’argent pour leur projet. Résultat, le récit est totalement addictif !

Quant à la fin, qu’en ai-je pensée ? Eh bien, je ne vois pas comment vous en parler sans vous spoiler. Je peux juste vous dire que j’ai très hâte de découvrir la suite et d’être de nouveau avec tout ce petit monde !

Du côté des protagonistes, le lecteur rencontre des personnalités Tresvilloise hautes en couleurs. On a Jocelyne qui va devoir puiser en elle toutes les ressources insoupçonnées afin de mener à bien sa mission et les responsabilités qui vont avec. Cynthia, la vendeuse bimbo, qui sait ce qu’elle désire, ou plutôt qui elle désire. Jérôme, le boulanger, qui espère et rêve d’une vie de couple piquante et trépidante. Célestin, le Maire qui ne pense qu’à son musée sur les cochons. Gérard dont la passion des courses de chevaux lui fait acquérir l'un de ses animaux. Et ainsi que tout un tas d’autres personnages aussi drôles et farfelus qu’eux.

C’est simple, ils sont tellement attachants qu’on a plus envie de repartir une fois qu’on se retrouve dans cette petite ville !

Pour finir, la plume de Céline Barré est fluide et addictive. La présence d’humour, de tendresse et de réalisme permettent de nous identifier à leur quotidien et à eux tout simplement. De plus, le choix d’utiliser la 3ème personne pour avoir un regard omniscient est bien vu. J’ai grandement apprécié !

 

En conclusion :

Ce premier roman et premier tome de la trilogie « Les farfelus » est une excellente surprise ! Grâce à une intrigue et des sujets actuels traités avec humour, tendresse et réalisme. Sans oublier bien sûr, les protagonistes hauts en couleurs sans qui ce roman ne serait rien !

Je vous recommande chaudement cette lecture avec laquelle vous passerez un moment irrésistible. Parfaite pour cet été, mais également pour le reste de l’année !

Note : 18/20

Voir les commentaires

Publié le par Mo comme Mordue
Publié dans : #Romance, #Contemporaine, #2017

Synopsis :

Un joyeux bordel. Voilà à quoi ressemble la vie d’Emilie, 35 ans, mère célibataire, qui se retrouve à devoir squatter chez sa meilleure amie en attendant des jours plus favorables. Oui, mais voilà : si elle n’avait pas emménagé chez Clara, jamais elle ne serait retombée sur Samuel Winterfeld, un homme qu’elle a perdu de vue depuis longtemps, et qui allie deux qualités fondamentales : être le sosie de Bradley Cooper, et avoir très envie de la revoir ! Sauf que, évidemment, c’est à peu près au même moment que son ex, le père de sa fille, décide de retenter sa chance avec elle. De quoi la mettre définitivement sens dessus dessous !

 

Mon avis :

Comme tous les ans depuis 2012, je me rends au Salon du Printemps du Livre de Montaigu, en Vendée. Grâce à lui, je fais toujours de magnifiques rencontres. Cette année, il m’a permis de rencontrer Angéla Morelli. Son enthousiasme et le résumé tentant du premier tome de cette saga « Les Parisiennes », m’ont donné très envie de me plonger dedans rapidement.

Ici, on rencontre Emilie, trentenaire et mère d’une petite fille d’une dizaine d’années. Après sa rupture avec le père de leur enfant quelque temps auparavant, celui-ci revient. C’est loin d’être le moment idéal pour une reconquête entreprise par son ex, car Emilie a fait LA rencontre qui pourrait changer sa vie du tout au tout. Alors forcément, elle est partagée entre son premier amour et père de sa fille et Samuel qui est en plus le portrait craché de Bradley Cooper ! Résultat, c’est la pagaille dans sa tête et dans son cœur ! Du coup, quel sera la décision d’Emilie ? Choisira-t-elle la bonne personne ?

Dans ce roman, on plonge dans une comédie romantique contemporaine La situation décrite et vécue par l’héroïne est peint de réalisme et permet ainsi aux lectrices de s’attacher et de s’identifier à elle très rapidement. Ce que j’ai également et particulièrement apprécié pendant toute la durée de cette lecture, c’est cette balade à travers Paris. C’était une grande joie de retrouver et de découvrir des lieux connus de notre capitale.

Même si l’intrigue est quelque peu classique, la fluidité des événements, l’envie d’en savoir plus sur le charismatique Samuel et surtout sur le choix d’Emilie, rendent cette histoire complètement addictive ! Je me souviens d’ailleurs de m’être dit, que je voulais lire juste une ou deux pages pour découvrir la plume et l’univers d’Angéla Morelli. Résultat, j’avais dévoré 1/3 du livre quand j’ai enfin relevé la tête !

Du côté des personnages, on fait donc la connaissance d’Emilie, une femme pétillante, mais également méfiante du comportement des hommes. Elle partage sa vie entre son boulot, sa fille, sa meilleure amie Clara chez qui elle vit. C’est simple, une fois qu’on la connait, on a envie qu’elle devienne également notre amie !

Samuel quant à lui, travaille à domicile. Il est traducteur littéraire. En plus de son charisme à tomber, il est sensible, doux, affectueux. Tout à fait le genre d’homme que beaucoup de femmes recherchent. Il est fort possible que vous succomberez vous aussi !

Il y a aussi Diego l’ex-mari qui a enfin ouvert les yeux sur les raisons de leur rupture. Clara, la meilleure amie et colocataire d’Emilie qui ne manque pas de piquant. Elisabeth, la fillette pleine vie et facile à vivre. Chacun d’eux sont bien travaillés et sont hauts en couleurs. Je les ais adoré !

Pour finir, la plume d’Angéla Morelli est drôle, tendre, sensible et addictive. Un excellent mélange pour passer un moment délicieux !

 

En conclusion :

Cette romance contemporaine m’a fait passer un merveilleux moment et a rempli son rôle sans prétention d’en faire davantage. Les personnages et la plume d’Angéla Morelli rendent cette histoire réaliste, attrayante et addictive. J’ai grandement aimé ces quelques heures passées à leur côté et j’ai très hâte de retrouver cet univers dans « La rencontre idéale (ou presque) » !

Note : 18/20

Voir les commentaires

Publié le par Mo comme Mordue
Publié dans : #Contemporaine, #2017

Synopsis :

Yanis et Véra ont la petite quarantaine et tout pour être heureux. Ils s'aiment comme au premier jour et sont les parents de trois magnifiques enfants. Seulement voilà, Yanis, talentueux autodidacte dans le bâtiment, vit de plus en plus mal sa collaboration avec Luc, le frère architecte de Véra, qui est aussi pragmatique et prudent que lui est créatif et entreprenant. La rupture est consommée lorsque Luc refuse LE chantier que Yanis attendait. Poussé par sa femme et financé par Tristan, un client providentiel qui ne jure que par lui, Yanis se lance à son compte, enfin. Mais la vie qui semblait devenir un rêve éveillé va soudain prendre une tournure plus sombre. Yanis saura-t-il échapper à une spirale infernale sans emporter Véra ? Son couple résistera-t-il aux ambitions de leur entourage ?

 

Mon avis :

Je tiens tout d’abord à remercier Camille et les Editions Michel Lafon pour leur confiance et pour m’avoir permis de découvrir cette formidable histoire. Je remercie également et très chaleureusement Agnès pour sa surprise, son attention et ses mots déposés. Ils m’ont beaucoup touchée et émue.

Depuis que j’ai découvert les romans d’Agnès, chaque année j’attends avec grande impatience son nouveau livre. C’est donc naturellement que je me suis jetée dessus lors de son arrivée et que j’en ai également fait une LC avec Mathieu d’Enjoy Books.

Ici, on rencontre Véra et Yanis, un couple heureux ayant trois magnifiques enfants. Mais suite à une altercation sur un projet professionnel entre Yanis et Luc, son beau-frère et également associé, Yanis décide qu’il est tant de voler de ses propres ailes. Poussé et porté par Tristan, l’initiateur de ce fameux projet et par sa femme, il fonce dedans tête baissée. Pourtant, plus le temps passe et plus le rêve d’être son propre patron vire au cauchemar. Que s’est-il passé pour en arriver là ? Va-t-il réussir à s’en sortir ? Leur couple y résistera-t-il ?

Pour la première fois, Agnès Martin-Lugand met en avant le portrait d’un couple, puis celui d’une famille. Cela change des portraits de femmes qu’elle a fait avec ses 4 précédant romans. Pour moi, c’est une excellente surprise qui apporte de la nouveauté et permet d’être témoin des différentes interactivités entre les protagonistes. L’auteure traite les relations de couples et familiales à travers ce récit et aborde les thèmes tel que la confiance, l’amour, l’amitié, l‘ambition personnel et/ou professionnelle et la place d’un conjoint/parent dans un couple et dans une famille. Tout ses sujets sont traités avec intelligence et justesse et permettent de ressentir chaque émotion avec réalisme et sans aucune fausseté.

Le rythme de ce roman est posé sur la courbe d’une spirale infernale. Celle-ci permet d’apporter une certaine noirceur à l’histoire et une atmosphère bien particulière. Grâce à cela, l’intrigue démarre doucement le temps de présenter les personnages, la situation, le contexte provoqué par un événement fort et déclencheur. Ainsi, tout va sans cesse s’accélérer au fil des pages et renforcer cette impression d’échapper à tout contrôle. Ce suspense créé, provoque cette tension qui rend le roman totalement addictif. Sans compter que je voulais absolument savoir comment les choses allaient tourner pour Yanis et Véra.

Du côté des protagonistes, Véra est une femme forte, battante, qui soutient et croit en son mari contre vent et marée. Mais lorsque la situation devient difficile l’instinct maternel prend le dessus à son grand désespoir car l’amour qu’elle porte à Yanis et à sa famille est ce qui lui donne un sens à son existence.

Quant à Yanis, il est poussé par son besoin de prouver aux autres et à lui-même, qu’il est capable de faire certaines choses. Il veut voir plus grand dans ses projets professionnels et ne pas pouvoir les accomplir lui provoque une frustration qu’il ne peut plus supporter. C’est dans cet état d’esprit que Yanis va entrainer sa famille dans leur nouvelle vie.

A leur côté, on découvre leurs trois magnifiques enfants. A eux cinq, ils forment une magnifique et parfaite famille qui vont faire rêver plus d’une personne.

Et pour finir, on fait également la connaissance de Tristan, un homme bien mystérieux, de Charlotte, la meilleure amie de Véra et de Luc, son frère. Tout ce petit monde possède une personnalité et un caractère très bien travaillé, à tel point que l’on peut croire qu’ils sont nos amis, nos voisins, nos collègues… Qu’ils sont bien réels et vivent à nos côtés, en dehors des pages de ce roman.

Concernant la plume d’Agnès Martin-Lugand, elle est tout simplement MAGIQUE ! Par sa simplicité, sa fluidité et son authenticité, elle permet à la psychologie présente de rendre le récit encore plus crédible et émotif. Je vous avoue que j’ai eu souvent les larmes aux yeux par ce qu’ils traversaient. De plus, avec l’utilisation pour la première fois de l’alternance des points de vus, l’auteure permet de nous attacher instantanément à ce couple.

 

En conclusion :

C’est avec un bonheur non dissimulé que je me suis laissée happer dans la vie de Véra et de Yanis. Après tout ce qu’ils ont vécus, j’avais encore envie de rester auprès d’eux, rien que pour mon plaisir. Après les thèmes des autres romans de l’auteure, celui de l’ambition personnelle et professionnelle permet à nouveau de se questionner sur que l’on souhaite accomplir de plus dans notre vie. Mais également sur les répercussions que cela peut avoir sur notre entourage.

Une fois de plus, je confirme que ce dernier roman d’Agnès Martin-Lugand est une pépite à ne surtout pas rater ! Vous ne serez pas déçu, sauf par le fait qu’il se lise beaucoup trop vite !

Note : COUP DE CŒUR !

Voir les commentaires

Publié le par Mo comme Mordue
Publié dans : #Contemporaine, #Jeunesse, #2017

Synopsis :

Déborah démarre son année de terminale sans une paire de chaussures, rapport à Isidore le chien-clochard qui s'acharne à les dévorer. Mais ce n'est pas le pire, non.

Le pire est-ce sa mère qui se met à découper frénétiquement des magazines ou son père au bras d'une inconnue aux longs cheveux bouclés?

Le bac est en ligne de mire, et il va falloir de l'aide, des amis, du courage et beaucoup d'humour à Déborah pour percer les nuages, comme un soleil.

 

Mon avis :

Pour les personnes qui me connaissent ou qui me rencontrent, je ne rate jamais une occasion de leur parler de mon amour pour Marie Pavlenko. Non seulement elle écrit de magnifiques histoires qui me font voyager, mais en plus c’est une personne accessible, pleine d’humour, et toujours disponible pour ses lecteurs. Lire un de ses romans, c’est les dévorer tous et attendre avec une très grande impatience les suivants. C’est d’ailleurs ce que j’ai fait et quelle joie d’apprendre que Marie ait choisi d’explorer l’univers du contemporain jeunesse.

Ici, nous faisons la connaissance de Déborah. Elle a 17 ans et elle démarre sa dernière année de lycée sous le signe du théorème de la Scoumoune. La poisse ça la connait, pourtant celle qu’elle aura affaire, va changer beaucoup de chose dans son quotidien. Sa vie de famille va changer du tout au tout quand elle va surprendre son père avec une autre femme. En parallèle, sa meilleure amie Eloïse décide de passer tout son temps avec son copain. Ce sont des heures sombres pour notre petite Déborah, mais c’est sans compter sur Victor et Jamal, les deux rencontres lumineuses qu’elle fait au « clapier », son lycée. Qui sont-ils ? Quel sera le lien qu’ils vont partager avec elle ? Que va devenir sa vie de famille ? Eloïse reviendra-t-elle vers Déborah ? Arrivera-t-elle à avoir son bac au milieu de tout ce chaos ?

Avec ce roman, Marie Pavlenko a décidé d’explorer la psychologie et les relations humaines lors de l’adolescence. Et pour étoffer un peu plus l’intrigue et maintenir le mystère par son enjeu, rien de mieux que de choisir l’année de terminale. En une seule année, notre héroïne va rencontrer et affronter un concentré d’événements, de problématiques que certaines personnes doivent faire face dans une vie entière. Ce qui est très intéressant, c’est la façon dont Marie amène ces thèmes sensibles et la manière dont elle les exploite. A travers Déborah, elle arrive à nous faire réfléchir, aussi bien sur elle et son entourage, que sur la personne qu’on a été à son âge. Pour compléter cette excellente intrigue, on découvre un parfait mélange et équilibre entre les épreuves traversées et les moments lumineux remplis de joie, de fous rire et des premiers sentiments amoureux.

Ce qui m’a également beaucoup plus, c’est de suivre le quotidien de Déborah durant toute cette année scolaire. Au début, les événements se succèdent plus ou moins rapidement. L’auteure prend le temps de planter le décor et les différents contextes. Puis il y a ce fameux coup de théâtre qui m’a mis les larmes aux yeux et dont l’histoire prend une direction différente. Mais celle-ci permet de relancer l’intrigue et de l’assombrir aussi. Déborah se retrouve bien malgré-elle au cœur de la situation et grâce à ses nouveaux amis et de son chien clochard Isidore, elle va avancer pas à pas. Vous avez surement compris, une fois plongée dedans, il est difficile d’en sortir avant de l’avoir terminé, tellement on a envie de savoir ce qu’il va en advenir.

Du côté des personnages, notre jeune Déborah est une adolescente comme tout le monde. Ce dont j’ai particulièrement aimé. Elle utilise également très souvent, l’autodérision pour l’aider à affronter les obstacles et les difficultés. Même lorsqu’elle doute, elle puise en elle une force qu’elle ne soupçonne pas.

Concernant son entourage, ses parents, mais surtout sa mère sont un vrai mystère. Mais après tout, nos propres parents le sont aussi avec nous, leurs enfants. Cela permet d’ailleurs d’être bien ancré dans le réel. Il y a aussi Isidore, ce chien clochard qui par sa présence est une variable constante réconfortante. Quant à Victor et Jamal, ils deviennent au fil de l’année ses meilleurs amis, dont Déborah va avoir le béguin pour l’un, tant dit que l’autre est un véritable arachnophile. Résultat, son surnom de Mygale man est parfaitement bien trouvé et ensemble ils vont avoir de sacrés sueurs froides lors d’un passage où j’ai moi-même frissonné, mais également pleuré de rire !

Quant à la plume de Marie, elle est toujours aussi caractéristique. Elle possède une vraie signature littéraire et peu importe le genre qu’elle exploite. Elle est toujours aussi fluide, addictive, juste et rempli d’humour au milieu d’un jeu de lumières sombre et lumineux.

Pour finir, j’aimerai ajouter que le titre choisi reflète parfaitement bien l’esprit du roman. C’est un message d’amour et d’espoir malgré les épreuves que l’on peut avoir à traverser dans la vie.

 

En conclusion :

Ce nouveau roman est une véritable réussite ! Il contient un excellent mélange drame/comédie. C’est une histoire de « tranche de vie » parfaitement bien racontée avec une héroïne forte et attachante. La psychologie de tous les personnages est très travaillée. Ce qui permet de les rendre réels et de les aimer tout de suite. En plus, sans que l’histoire soit moralisatrice, le lecteur peut retenir quelques enseignements. C’est aussi un récit que l’on englouti aussi bien par les jeunes que par les plus âgés.

Bref, vous l’avez compris, j’ai A-DO-RE être en compagnie de Déborah et de ses amis et je vous conseille très fortement de les rencontrer au plus vite !

Note : COUP DE CŒUR !

Voir les commentaires

Publié le par Mo comme Mordue
Publié dans : #Contemporaine, #2017

Synopsis :

 

Pauline se retrouve à l’hôpital pendant six mois après un « mystérieux » accident. Le dos brisé, elle est prisonnière d’un corset imposant. La seule personne à venir la voir est Alain, le meilleur ami de son frère qu’elle n’a pas revu depuis le lycée. Alors qu’un psychiatre vient étudier de plus près le cas de Pauline, Alain est enfermé par hasard, dans les toilettes de la chambre d’hôpital. Il jouera le rôle du voyeur pendant quelques semaines, découvrant à quel point, il est lui-même soumis à l’écrasant « Corset des âmes ». L’idée d’une renaissance se dessine au travers des dialogues piquants des deux protagonistes, truffés de « larmes d’humour ».

 

Mon avis :

Je tiens tout d’abord à remercier Mathieu et les éditions Librinova pour leur confiance et pour m’avoir permis de découvrir cette histoire. S’agissant d’un sujet délicat, j’étais très curieuse de savoir comment il serait abordé par l’auteure.

Ici on rencontre Pauline, une femme qui se retrouve hospitalisée. Son corps ayant subi des dommages considérables, elle n’a pas eu d’autre choix que de porter un corset imposant afin de se rétablir. Tout comme suivre une psychothérapie en parallèle est indispensable. Marc, le frère de Pauline, demande à son meilleur ami Alain, de veiller sur elle. C’est en acceptant cette demande, qu’Alain rend visite quotidiennement à Pauline. Au fil des jours, des semaines et des mois passés, un lien entre eux se crée. De quelle nature est-il ? Alain devient-il un motif de combat pour Pauline ?

Ce roman aborde la dépression, les tentatives de suicide, la reconstruction et la difficulté d’avoir un lien social. Ces sujets étant sensibles, je me demandais comment ils allaient être exposés. Malheureusement, j’ai bien peur d’être passée à côté de cette histoire. Je n’ai pas réussi à rentrer dans le récit. J’avais beau lire, je ne ressentais pas grand chose. Je suis restée en surface. Seuls les 3 derniers chapitres et les passages sur le passé de Pauline et d’Alain m’ont touchés et m’ont permis de comprendre certaines choses. Mais pour moi, cela n’a pas été suffisant.

Malgré ses 107 pages numériques et un rythme fluide grâce à ses courts chapitres, l’addiction n’était pas au rendez-vous. Moi-même, je ne l’explique pas et je trouve cela bien regrettable.

Du côté des protagonistes, Pauline est pleine de colère et de tristesse. Son état émotionnel est fragile. Résultat, elle est imprévisible et impulsive. Alain est une personne patiente et généreuse. C’est le genre de personne qui en général, donne plus qu’elle ne reçoit. Quant à Marc, il est physiquement absent. On parle de lui pour expliquer certaines situations.

Concernant la plume de June Mutti, elle est fluide et plutôt agréable à lire. Mais d’après moi, l’utilisation de la 3ème personne n’est pas appropriée. Elle donne une certaine distance entre le lecteur et les personnages. Peut-être que si le roman avait été écrit à la 1ère personne et avec une alternance des points de vue entre Pauline et d’Alain, l’histoire aurait été plus forte en émotions. Je pense que de cette façon, j’aurais réussi à m’attacher à eux.

 

En conclusion :

Je me désole de n’avoir pas aimé cette histoire comme elle le mérite. Pourtant, le sujet et le travail psychologique fait par l’auteure est bien présent et bien fait. De plus, la conclusion faite à celle-ci est lumineuse et remplie d’espoir. Peut-être, est-ce choix de narration ? En tout cas, je vous invite à vous faire votre propre avis.

Note : 12/20

Voir les commentaires

Publié le par Mo comme Mordue
Publié dans : #Contemporaine, #Suspense, #Romance, #2017

Synopsis :

Marta K. est retrouvée dans la remorque d'un camion en Allemagne, à la frontière polonaise. Elle ne se souvient aucunement de son passé, et même lorsqu'on lui présente son mari et son fils, son amnésie est totale. Elle rentre alors chez elle, entourée de ses proches, avec le sentiment que quelqu'un qu'elle a oublié est encore ancré en elle et lui manque terriblement.

 

Mon avis :

Je tiens tout d’abord à remercier Camille et les Editions Michel Lafon pour leur confiance et pour m’avoir permis de découvrir le dernier roman d’Angélique. Après « L’instant précis où les destins s’entremêlent » et « Bertrand et Lola », j’avais hâte de retrouver cette magnifique plume !

Ici, on rencontre une femme amnésique. Elle ne sait plus qui elle est et d’où elle vient. Elle se rappelle juste des deux Polonais qui l’ont trouvée et qui l’ont sauvée. Après plusieurs semaines de convalescence, les autorités découvrent enfin son identité. Elle est Martha Klein et possède une famille. Elle espère alors avoir des flashs de souvenirs lorsqu’elle la verra enfin. Mais, lorsque son mari et son fils viennent la chercher, rien ne se produit. C’est alors, que Martha doit réapprendre à vivre au côté de ses inconnus. Pourtant, au plus profond d’elle-même, elle ressent une forte absence. Quelle est-elle ?

L’intrigue est centrée sur la reconstruction de la vie personnelle de Martha, avec les relations qu’elle entretien avec les membres de sa famille et de ses amis. Elle n’a pas le choix que de leur faire confiance pour pouvoir avancer. Pourtant, certains événements lui indiquent de rester méfiante. Car, après tout, comment a-t-elle eu son accident qui l’a rendu amnésique ? Et si quelqu’un lui voulait du mal ? C’est à travers toutes ces problématiques que le lecteur évolue au côté de Martha.

Qui dit pertes de mémoire, dit temps pour que la situation évolue, change. C’est pourquoi le début (une centaine de pages) démarre doucement pour que toutes les pièces du puzzle se mettent en place. A partir de l’élément déclencheur, le rythme de cette histoire s’intensifie de façon crescendo. Les événements se succèdent aussi vite que les pages, les chapitres et les différentes parties. L’addiction est telle que, les 396 pages du roman, sont avalées sans s’en rendre compte.

Une fois de plus, Angélique Barbérat m’a proposé une fin qui m’a touché en plein cœur. Plus d’une fois j’ai eu les larmes aux yeux durant cette lecture, mais là, je n’ai pas pu les retenir. Encore MERCI Angélique !

Du côté des protagonistes, comment ne pas s’attacher à Martha, cette femme qui a perdu tous ses repères et qui doit à nouveau tout se réapproprier, tout reconstruire. C’est une femme bien plus forte qu’elle ne le croit. Ses premiers souvenirs qui nous montrent une autre facette d’elle m’ont émue.

Il y a un autre personnage qui arrive un peu plus tard, mais qui a une place capitale dans l’histoire. Je n’en dirai pas plus, pour que vous ayez la surprise. Mais sachez que vous succomberez à coup sûr ! En tout cas, il ne m’a pas fallu longtemps pour que ça soit le cas.

Quant à la plume d’Angélique Barbérat, elle est tout simplement MAGIQUE !! Avec des mots simples, elle arrive à transmettre mille et une émotions sur toutes sortes de sujet. De plus, la sensibilité qu’elle dégage m’a énormément bouleversée. A tel point qu’il m’a été impossible de sortir indemne de ce gigantesque tourbillon de sentiments.

 

En conclusion :

Cette dernière parution d’Angélique Barbérat aux Editions Michel Lafon, m’a complètement transporté ! L’histoire est magnifique, malgré un début un peu long. A nouveau, la force de l’amour, le vrai, est plus fort que tout. C’est ce que j’aime découvrir dans les romans de l’auteure. Elle possède une véritable magie pour nous faire vivre de magnifiques histoires sur des sujets difficiles et actuels.

Note : COUP DE CŒUR !

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 > >>

NetGalley

 

 

 

 

 

 

Articles récents

Badge Lecteur professionnel

Hébergé par Overblog