Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #thriller catégorie

Publié le par Mo comme Mordue
Publié dans : #Thriller, #Psychologie, #2017

Synopsis :

Trinity Silverman a effectué un retour “tonitruant” aux États-Unis.

Entre poursuites avec les agents de cette branche glauque des services secrets américains et des explosions en tout genre, toujours accompagnée de son fidèle Speedy, elle n’a pourtant pas avancé d’un millimètre dans sa quête pour retrouver Gianmarco.

Recherchée par toutes les polices, perdue dans le désert de l’Utah, avec la venimeuse Cassandra à sa poursuite, Trinity se réfugie dans un land art, Sun Tunnels, une structure composée de quatre énormes tuyaux en ciment pointant les quatre points cardinaux.

Alors qu’elle est cachée là, épuisée et désespérée soudain, Gianmarco, l’amour de sa vie, apparaît devant ses yeux pourtant clos. Rêve-t-elle ? Délire-t-elle ? En tout cas, il lui révèle la manipulation dont elle a été victime depuis leur toute première rencontre à Las Vegas. Effondrée, Trinity comprend pourtant que c’est grâce à cette manœuvre que le chercheur italien est tombé amoureux d’elle. Alors qu’elle tente de faire sens de tout cela, Gianmarco lui explique que tout ceci n’est pas terminé et que son rôle à elle est primordial pour le futur de l’humanité.

Ses visions disparaissent, la laissant seule, paniquée, ne pouvant croire qu’elle détient le destin du monde entre ses mains.

Que doit-elle accomplir, quand et où ?

Les angoisses de Trinity ne sont pas prêtes de disparaître.

 

Mon avis :

Je remercie Jean-Philippe TOUZEAU de m’avoir fait confiance une fois de plus et de m’avoir permis de connaitre la suite de cette incroyable saga. Je me demande comment j’ai fait pour ne pas l’avoir dévoré plus tôt. En fait si, je le sais. Je ne voulais tout simplement pas, que le temps d’attente entre celui-ci et prochain et dernier tome soit trop long. C’était juste stratégique ;)

Ici, on retrouve Trinity exactement là où on l’a laissé après le grand choc qu’elle a eu de revoir l’homme qu’elle aime. Mais est-ce bien lui ? Ou est-ce son esprit qui lui joue des tours ? Pourquoi lui avoir dit ces mots ? Est-ce bien un nouveau message codé ? Trinity est perdue face à toutes ses interrogations. Mais, elle doit continuer à fuir l’organisation qui la poursuit sans relâche, tout en essayant de résoudre cette nouvelle énigme. A sa grande surprise, Trinity retrouve un visage connu et amical en la personne de Shunichi, ce japonais qu’elle pensait ne plus jamais recroiser sur sa route. Que fait-il auprès d’elle ? Peut-elle encore compter sur son aide ?

Dans ce volume, l’intrigue est centrée sur la croyance de l’impossible. Elle est portée et créée grâce à l’Amour. Celui qui donne la force de déplacer les montagnes. Pourtant, aussi grand et fort qu’il est, le doute persiste toujours dans l’esprit cartésien de Trinity. C’est à travers tout un périple qu’un vrai duel se livre en elle. Trinity n’a plus le choix, elle doit prendre la bonne décision et continuer à se battre si elle veut vraiment sauver l’homme qu’elle aime.

Comme dans chacun des 8 volumes précédents, l’intrigue est à nouveau soutenue, mais possède également des instants de réflexions sur le passé de Trinity. C’est pourquoi, le rythme peut être très cadencé et parfois un peu plus lent. Mais c’est toujours pour repartir sur les chapeaux de roues. Résultat, je me régale et il m’est toujours autant difficile de poser ma lecture avant la fin.

D’ailleurs en parlant elle, j’ai été scotchée par celle-ci ! Je ne m’attendais pas du tout à ça ! Et j’en suis ravie ! Je me demande fortement comment cet événement va nous être expliqué et quelle sera la conclusion finale. J’ai vraiment très très hâte !

Du côté des personnages, j’aime pouvoir être témoin de l’évolution constante de la force de caractère de Trinity. Elle a bien changé depuis le tout premier tome. Aujourd’hui, elle sait puiser en elle sa force intérieure insoupçonnée et se sortir de situations qui semblent perdues d’avance. C’est une véritable héroïne des temps modernes !

Pour finir, j’aime toujours autant la plume de Jean-Philippe Touzeau. Elle est si caractéristique, fluide et totalement addictive. A chaque fois, je ne souhaite qu’une seule chose ; la SUITE !!

 

En conclusion :

Une fois de plus, je me suis fait embarquer par cette suite à l’intrigue parfaitement bien mené. Grâce aux questions posées par l’intrigue, j’ai été constamment tenu en haleine. Je ne me suis jamais ennuyée. J’ai à nouveau retrouvé beaucoup d’actions, de surprises et des révélations. Et l’addiction est toujours aussi présente. Vivement la suite et fin de cette grande aventure aux côtés de Trinity et de Speedy.

Note : COUP DE CŒUR !

Voir les commentaires

Publié le par Mo comme Mordue
Publié dans : #Thriller, #Policier, #2017

Synopsis :

Un cadavre, émasculé, qui rouvre les yeux sur la table d'autopsie. Un portable qui se met à sonner dans le corps d'un jeune toxico, mort de brûlures inexplicables. Malgré quinze ans de terrain en Seine-Saint-Denis, Victor Coste, capitaine de police, se prépare au pire.

Et que penser de ces lettres anonymes qui dessinent une première piste : celle d'un mystérieux dossier, le " Code 93 " ?

Une piste qui, des cercles huppés parisiens aux quartiers déshérités, fera franchir à Coste les limites du périphérique, et de la raison...

 

Mon avis :

Suite aux nombreux avis très enthousiaste et à ma rencontre avec Olivier Norek, j’avais très envie de découvrir enfin son premier roman. Surtout que j’adore les thrillers policiers, même si j’en lis vraiment peu dernièrement.

Ici, nous sommes en début de l’année 2012 et nous faisons la connaissance du Capitaine Victor Coste et de son équipe. Cette nuit là, ils sont appelés pour mener l’enquête d’un meurtre sordide. En effet, alors que tout porte à croire que cet homme est bien décédé, ce dernier se réveille en salle d’autopsie. Il s’agit en fait d’un premier événement d’une longue série, car un autre cadavre est retrouvé carbonisé avec un portable qui sonne à l’intérieur de celui-ci. Bien entendu, le capitaine Coste n’ayant pas assez de travail, doit également se creuser la tête afin de comprendre les lettres anonymes qu’il reçoit. Et, si tout ceci a un lien entre eux ? Possède-t-il un message derrière ? Si oui, lequel ? Et y aura-t-il d’autres conséquences que ces victimes ? En gros et pour faire simple, quel est le mobile afin de stopper tout ça ?

Dès les premières pages, je me suis retrouvée catapultée dans cette sombre intrigue construite avec brio ! C’est pour moi, l’un des éléments important dans ce genre littéraire et c’est une réussite avec ce roman. En plus qu’elle soit incroyable, elle tient parfaitement debout grâce à un réalisme fou et omniprésent. J’ai vraiment eu cette impression d’immersion dans le quotidien de cette équipe. D’ailleurs, il me semble que c’est la première fois que j’ai un ressenti aussi fort sur ce dernier point.

Avoir une excellente intrigue, c’est bien, mais combiné avec un rythme endiablé, c’est plus que parfait ! Dans ce roman, on découvre un tempo soutenu délivré par de courts chapitres. Celui-ci fait monter la pression comme il se doit et permet ainsi de ne pas pouvoir lâcher le livre avant de l’avoir terminé.

Ce que j’ai particulièrement apprécié, c’est que chaque roman est une histoire bien indépendante. Du coup, il n’y a pas de cliffhanger et il est aussi possible de découvrir les écrits d’Olivier Norek sans avoir à suivre un ordre en particulier. Cependant, cela ne m’empêche pas d’avoir très envie de me jeter sur « Territoire » et sur « Surtension ».

Du côté des protagonistes, je ne vais vous parler uniquement du Capitaine Victor Coste, car il faut bien laisser encore un peu plus de mystère. Il s’agit d’un homme atypique possédant de fortes valeurs auxquelles il ne déroge pas. Son équipe sait qu’elle peut compter sur lui en toute circonstance. Sa force vient de cette cohésion créée avec elle, de leur humanité et de l’attachement qu’ils ont entre eux. D’ailleurs, ça se transpire tellement que le lecteur n’en peut être que touché.

La plume d’Olivier Norek est directe et percutante. Elle possède également un réalisme bluffant apporté sans aucun doute par le vécu du métier exercé par l’auteur depuis une quinzaine d’année.

 

En conclusion :

Ce premier roman est excellent. Tant par son scénario étonnant que par ses personnages attachant et le fort réalisme apporté. J’ai été très agréablement surprise par cette rencontre et cette découverte. En plus, je suis sûre que si vous aimiez ou pas ce genre, vous allez l’apprécier, voir même plus en le tentant !

Note : 18/20

 

Voir les commentaires

Publié le par Mo comme Mordue
Publié dans : #Thriller, #2017

Synopsis :

Cassandra Blackwell, jeune Américaine d'origine modeste, intègre la prestigieuse université d'Oxford pour une année d'études. Toutefois, la qualité de l'enseignement, les porches recouverts de lierre ou les soirées étudiantes ne figurent pas parmi ses priorités. Elle n'a qu'un objectif : découvrir la vérité sur le passé de sa mère, étudiante à Oxford dans les années 1990, qui a fui ce paradis d'un autre temps avant de se suicider quelques années plus tard. L'enjeu est important, car Cassie pourrait enfin connaître l'identité de son père.

La jeune femme se lie rapidement avec l'élite anglaise et plonge dans ce monde fascinant aux traditions séculaires.

Pourtant, au sein de ce campus légendaire, une force inquiétante est à l’œuvre, l'École de la Nuit, une société secrète qui semble liée à une série de suicides. Cassie pourrait bien être la seule à pouvoir y mettre un terme - mais à quel prix ?

 

Mon avis :

Je tiens tout d’abord à remercier Camille et les Editions Michel Lafon pour leur confiance et pour m’avoir permis de découvrir cette histoire.

Ici, on fait la connaissance de Cassie, une jeune étudiante américaine qui, dans le cadre d’un programme d’échange, intègre la célèbre université de Raleigh à Oxford. Malgré les apparences du cadre idyllique, Cassie n’est pas là pour ses études. Elle a un but bien précis. Il s’agit de découvrir la vérité sur le passé de sa mère dont toutes les pistes la conduisent à cet endroit. De plus, elle apprend l’existence d’une sombre et puissante société secrète et de plusieurs morts ayant un lien avec le campus. Tous ces éléments sont-ils reliés à sa mère ?

L’auteure prend son temps pour installer son intrigue. Les différents éléments la constituant se mettent en place petit à petit. Cependant, grâce à l’atmosphère et l’environnement hors du temps d‘Oxford, l’histoire m’a captivé et m’a interrogé sur plusieurs points. Je me suis demandée plus d’une fois ce qu’il en est vraiment de cette société secrète. C’est ce mystère qui m’a maintenu jusqu’à la toute fin.

Pourtant, j’ai trouvé quelques longueurs à cette histoire. Certains événements auraient put être raccourcis ou bien supprimés. Heureusement, les chapitres ne sont pas très long et permet ainsi de fournir la dynamique nécessaire pour rendre ce roman addictif.

Arrivé au deux tiers du roman, j’avais établie une hypothèse. Celle-ci s’est révélée en partie juste. Du coup, j’en suis ravie de la partie que je ne soupçonnais pas.

Du côté des protagonistes, Cassie est une jeune femme forte. Elle sait ce qu’elle veut et rien ne la fait dévier de son objectif. Malheureusement, il lui arrive de comprendre après certaines de ses actions spontanées, que celles-ci peuvent avoir des répercussions sur d’autres personnes et les mettre ainsi en danger.

Les autres personnages présents ont chacun leur rôle à jouer et apporte leur petit quelque chose en plus pour parfaire cette histoire intéressante.

Quant à la plume d’Ann A. McDonald, elle est simple, fluide, accrocheuse et addictive. Grâce aux superbes descriptions faites de l’université de Raleigh, je m’y suis totalement cru là-bas. Rien que pour ce voyage dépaysant, ça valait le coup de faire cette découverte.

 

En conclusion :

Cette histoire mélangeant quête de vérité et société secrète annonce une lecture passionnante. L’héroïne est une battante et en aucun cas, elle ne s’apitoie sur son propre passé. Elle ne fait que l’évoquer. Les quelques longueurs peuvent ternir quelque peu l’intrigue, mais le mystère de la sombre société secrète permet de garder le livre entre les mains du lecteur. Ce que j’ai préféré est incontestablement mon séjour à l’université de Raleigh à Oxford, le temps de cette lecture.

Note : 16/20

Voir les commentaires

Publié le par Mo comme Mordue
Publié dans : #Contemporaine, #Romance, #Thriller, #2016

Synopsis :

Gabriel aime le sport.

Laure aime son travail.

Mathis aime les femmes.

Damien aime les voyages.

Leurs routes se croisent, se mêlent, mais n’imaginez rien. Laissez-vous surprendre par une histoire d’amour inattendue qui joue avec les codes de la comédie romantique, du road-movie et du thriller.

 

Mon avis :

Je tiens tout d’abord à remercier Mathieu et les Editions Librinova pour leur confiance et pour m’avoir permis de découvrir cette histoire.

Ici, on fait la connaissance de Gabriel qui vit en colocation avec Mathis et son meilleur ami Damien. Gabriel dont l’existence tourne essentiellement autour de sa passion et de son métier d’entraineur de volley, voit sa vie bousculer par une histoire de tôle froissée et de quiproquos. C’est à ce moment précis que Laure rentre en scène et fait sa rencontre. Parallèlement, Damien est à nouveau partie en vadrouille comme il aime si souvent le faire et n’hésite pas à donner son adresse aux personnes qu’il rencontre pour les loger à son tour. C’est comme cela que Gabriel et Mathis se retrouvent à héberger deux étrangers, l’un après l’autre.

L’intrigue est incontestablement le point fort de cette histoire. Tout simplement grâce au mélange des genres. Paul Ivoire a réussi à trouver le bon dosage entre le contemporain, la romance, le côté road trip et le suspense thriller. Surtout que chaque changement de direction se fait naturellement et permet de garder l’intérêt du lecteur. Il y a un autre point très important pour moi ; Les relations humaines. Elles sont mises en avant et sont parfaitement bien exploitées et traitées. J’ai grandement aimé me sentir proche de ces personnages comme s’ils étaient des amis.

De plus, la fluidité et le rythme entrainant et addictif ne m’ont pas permis de m’ennuyer une seule seconde. Bien au contraire, j’ai été complètement captivée de la première à la dernière page. La preuve est, que je l’ai avalé en moins de 24h ! Chose que je fais très rarement !

J’ai beaucoup aimé la conclusion de ce one-shot. Toutes les questions que l’on peut se poser, trouvent des réponses et les messages délivrés par l’auteur m’ont touché.

Les protagonistes sont tous très bien travaillés. Ils ont leur propre caractère et sont complémentaires entre eux. Il y a Gabriel, un homme adorable et droit dans ses bottes. Il sait aussi se remettre en question et admettre ses torts, ces erreurs. Voir ses failles, le rend encore plus humain et attachant.

Laure, sous ses airs de femme rigide et froide, se cache une personne généreuse, fidèle et bienveillante. Une fois que son masque tombe, on ne lui souhaite qu’une seule chose, qu’elle trouve enfin le bonheur.

Mathis, qu’en a lui, possède un côté macho. Certaines de ses remarques m’ont agacée, mais c’est ce trait de caractère qui veut ça. Heureusement, au fil de l’histoire, il change un peu pour que je m’attache vraiment à lui.

Pour les autres personnages, je vous laisse les découvrir car il n’y a rien de mieux lors d’une lecture que de rencontrer les protagonistes par soi même.

Concernant la plume de Paul Ivoire, elle est simple et à la portée de tout le monde. Mais, il a réussi tout de même à me faire ressentir toutes sortes d’émotions (de la joie, de l’agacement, de la peur, …). Il faut que j’ajoute aussi qu’il a eu la très bonne idée d’alterner les points de vue et cela permet ainsi de les rendre bien plus forts et sincères.

 

En conclusion :

Grâce aux Editions Librinova j’ai découvert un nouvel auteur français et j’en suis ravie. Cette histoire m’a surprise et happé du début à la fin. J’ai aimé cette intrigue et le passage d’un genre à l’autre de manière tout à fait naturelle et les protagonistes sont absolument extra !

Je suis ravie que ce premier partenariat avec les éditions Librinova, soit une réussite ! Encore merci à vous ! Et bien entendu, je recommande vivement ce roman !

Note : PETIT COUP DE CŒUR !

Voir les commentaires

Publié le par Mo comme Mordue
Publié dans : #Thriller, #Suspense, #2016
Fidèle au poste d’Amélie Antoine

Synopsis :

Mai 2013. Chloé et Gabriel, mariés depuis plusieurs années, mènent une existence heureuse à Saint Malo, jusqu’au jour où la jeune femme se noie accidentellement au cours d’une baignade matinale. Gabriel, incapable de surmonter seul son chagrin, se décide à chercher du soutien auprès d’un groupe de parole. Il fait alors la connaissance d’Emma, une photographe récemment arrivée en ville, qui l’aide à traverser cette épreuve du deuil.

Mais Chloé semble toujours très présente et étonnamment vivante aux yeux de Gabriel qui ne parvient pas à l’oublier et à se reconstruire.

Et si la réalité n’était pas celle à laquelle le jeune veuf se raccroche ?

Mon avis :

Je tiens tout d’abord à remercier Camille et les Editions Michel Lafon pour leur confiance et pour m’avoir permis de découvrir cette histoire. J’avais d'ailleurs vu ce titre sur Kindle et il m’avait à l’époque déjà interpellé.

Dans ce roman, on rencontre Gabriel, le mari de Chloé, qui suite à la mort accidentelle de sa femme doit apprendre à faire son deuil et à vivre à nouveau. Mais, chaque souvenir est un déchirement, un trou béant dans sa poitrine. Grâce à un groupe de soutien du deuil, Gabriel rencontre Emma, une femme très différente de Chloé, qui petit à petit va l’aider à surmonter cette épreuve. Malgré tout, sa défunte femme semble être très présente, comme si elle s’accrochait encore à lui. Est-ce possible ? Existerai-t-il une autre réalité à celle que Gabriel est confronté ?

Je dois avouer que cette intrigue m’a prise par surprise. Tout d’abord, je pensais avoir affaire à un thriller de A à Z. Au lieu de cela, j’ai découvert une histoire plutôt contemporaine où la parfaite maitrise de la psychologie des personnages est mise en avant. Ensuite, vient LA révélation. Celle qui m’a littéralement mise sur les fesses. Et pourtant, j’en avais établit des théories. Pourtant, je me suis plantée en beauté. Chapeau Amélie pour ce retournement de situation ! Vous m’avez bien eu ! Puis vient la fin. Celle dont, je n’en reviens toujours pas !

L’ayant avalé en moins de 24h, je peux vous assurer que le rythme est très fluide et addictif. Les pages se tournent à une vitesse hallucinante, tant qu’on est ancré dans ce livre.

Côté personnages, on découvre en même temps et petit à petit Chloé, Gabriel et Emma. Au début, en apprenant la personne qu’est Chloé, j’avais une certaine compassion, puis j’ai fini par éprouver de la colère et du dégout. Chloé est une grande cinglée. Gabriel, quand à lui, m’a touché par toute sa peine qui l’habite et par sa sincérité. Et pour finir, on a Emma qui est simple, naturelle et la tête dans les nuages. Je l’ai adoré.

La plume d’Amélie Antoine est simple, mais l’addiction est incontestable et elle se fait très rapidement. Cela s’explique aussi par son choix de narration à trois voix. En effet, pour les deux protagonistes féminins, l’auteure a décidé de les écrire à la 1ère personne du singulier, contrairement à celui de Gabriel qui est à la 3ème personne du singulier. Cela m’a surprise de connaitre uniquement les pensées et émotions de Chloé et d’Emma, mais l’explication est présente à la fin. C’est très bien vu de la part d’Amélie.

En conclusion :

Pour un premier roman, je me suis prise une belle claque ! Bravo Amélie ! J’ai adoré avoir été baladé du début à la fin. L’idée de commencer cette histoire comme un roman contemporain psychologique, pour finir sur un thriller est excellente ! J’ai hâte de lire ses prochaines histoires. Alors, bien sûr, je vous recommande de courir chez votre libraire et de l’acheter au plus vite.

Note : COUP DE CŒUR !

Voir les commentaires

Publié le par Mo comme Mordue
Publié dans : #Thriller, #Humoristique, #2015
N’oublie pas mon petit soulier de Gabriel Katz

Synopsis :

En acceptant ce job de Père Noël aux grands magasins, Benjamin Varenne ne s'attendait pas à déclencher un cataclysme dans sa petite vie de comédien raté. Beau gosse, séducteur, il va flasher sur la seule fille de Paris qu'il aurait mieux fait d'éviter comme la peste. Il faut dire que Victoire, cette petite blonde irrésistible, n'est pas la gosse de riche qu'elle a l'air d'être, mais la femme d'un mafieux albanais, qui ne plaisante pas avec le code d'honneur.

Happé dans un engrenage de luxe et de violence dont il ne maîtrise pas les rouages, Benjamin va devoir improviser et, contrairement à ce qu'il pense, ce n'est pas ce qu'il fait de mieux. Des palaces parisiens aux îles paradisiaques du golfe de Thaïlande, il va vivre le Noël le plus mouvementé de sa vie...

Mon avis :

Après avoir découvert Gabriel Katz avec Le puits des mémoires, j’avais très hâte de le connaitre dans un autre genre. N’oublie pas mon petit soulier était donc parfait pour ça.

Ici, Benjamin est un acteur raté, qui pour vivre va endosser le costume du père Noël dans un grand magasin de Paris. Etant charmeur, il ne peut pas s’empêcher de séduire des filles, alors quand Victoire entre dans son champ de vision, plus rien d’autre n’existe. Dans cette tenue, il n’hésite pas une seconde à déserter son grand fauteuil, les enfants et leurs parents qui attendent, pour lui courir après. Rapidement, il apprendra qu’elle n’est pas la fille à papa qu’elle prétend être mais plutôt la femme d’un mafieux. Alors forcément, en se mettant la mafia Albanaise à dos, de très gros ennuis vont foncer droit sur lui.

Une fois de plus, l’intrigue est parfaitement bien ficelée et maitrisée du début à la fin. Les éléments pour faire avancer ce thriller tombent au bon moment et m’ont permis de garder constamment mon intérêt, si ce n’est de m’interroger davantage.

De Paris au soleil de la Thaïlande, le lecteur suit le Noël très mouvementé de Benjamin où les courts chapitres aident le rythme à monter crescendo. Pas un seul instant je me suis ennuyée et l’embarcation s’est faite dès la toute première page !

Ce roman ne serait pas du tout le même sans l’humour que Gabriel y a mis. C’est simple, cet humour, c’est le sien et c’est aussi sa signature (sous une « forme » différente, je l’avais découverte dans sa trilogie Le puits des Mémoires). Grâce à lui, cette histoire donne un thriller complètement et totalement décalé à souhait. J’ai commencé à rire au bout de 2 pages, c’est pour vous dire.

Même si j’avais dû penser à cette fin, j’ai été surprise par celle-ci. D’ailleurs, je la trouve parfaite et en accord avec tout ce récit.

Côté personnages, on rencontre un trio complémentaire et haut en couleur. Je les ais adoré. Benjamin est très drôle dans son comportement, ses réactions, son humour et son narcissisme. Victoire, elle aime jouer la fille capricieuse, inaccessible et effrontée. Marco, le garde du corps de cette dernière possédant un physique menaçant se révélera être tout de même attachant.

J’ai adoré retrouver la plume de Gabriel Katz ! Même avec le changement de genre, il garde sa signature avec son humour, sa fluidité et ce petit quelque chose qui la rend complètement addictive. De plus, le choix de la première personne au singulier est excellente ! Il nous permet d’être proche de Benjamin, de comprendre et suivre son état d’esprit à tout moment.

Je voulais ajouter d’un dernier élément avant la fin. Il s’agit de cette magnifique couverture. Elle est tout en sobriété et caractérise parfaitement l’histoire du roman grâce à l’escarpin, aux balles et à la boule de Noël.

En conclusion :

Ce premier thriller pour Gabriel Katz est une réussite ! J’ai ri du début à la fin et bien que l’humour ait une très grande place, l’intrigue n’en est pas moins mis de côté. Bien au contraire, elle est maitrisée et très bien menée. Les protagonistes sont charismatiques et attachants et jouent leurs rôles à merveille. Le tout est écrit par une plume entrainante et addictive. Vous l’avez compris, j’ai ADORE et je vous le recommande vivement !

Note : 19/20 à PETIT COUP DE CŒUR !

Voir les commentaires

Publié le par Mo comme Mordue
Publié dans : #Thriller, #Policier, #2015
L’heure des fous de Nicolas Lebel

Synopsis :

Paris : un SDF est poignardé à mort sur une voie ferrée de la gare de Lyon. « Vous me réglez ça. Rapide et propre, qu’on n’y passe pas Noël », ordonne le commissaire au capitaine Mehrlicht et à son équipe : le lieutenant Dossantos, exalté du code pénal et du bon droit, le lieutenant Sophie Latour qui panique dans les flash mobs, et le lieutenant stagiaire Ménard, souffre-douleur du capitaine à tête de grenouille, amateur de sudoku et de répliques d’Audiard... Mais ce qui s’annonçait comme un simple règlement de comptes entre SDF se complique quand le cadavre révèle son identité. L’affaire va entraîner le groupe d’enquêteurs dans les méandres de la Jungle, nouvelle Cour des miracles au cœur du bois de Vincennes, dans le dédale de l’illustre Sorbonne, jusqu’aux arrière-cours des troquets parisiens, pour s’achever en une course contre la montre dans les rues de la capitale. Il leur faut à tout prix empêcher que ne sonne l’heure des fous...

Mon avis :

Je remercie le groupe READ qui grâce à lui m’a permis de découvrir les romans de Nicolas Lebel. Alors, bien entendu, lorsque j’ai appris que l’auteur serait présent au Printemps du livre de Montaigu, je m’y suis précipitée. Ce fut d’ailleurs, une très agréable rencontre avec beaucoup de fous rires. Je vous le dis : Si vous voyez Nicolas Lebel, allez le voir, vous passerez un très bon moment de rigolade !

Je suis d’ailleurs ravie d’avoir pu partager cette lecture avec l’un de ses administrateurs, Guillaume de « Tribulations d’une vie »

Concernant le roman, l’histoire commence par la découverte d’un corps de SDF dont l’équipe de Mehrlicht a été dépêché sur cette nouvelle affaire. Alors, que l’enquête semblait au premier abord être simple et rapide à boucler, la révélation de l’identité de la victime affirme tout le contraire. C’est sûr les quelques éléments en leur connaissance que ce groupe va poursuivre leurs recherches à travers tout Paris.

L’intrigue est incroyablement bien ficelée. Le travail d’investigation va dévoiler au compte-gouttes les nouvelles informations clés qui vont permettre au lecteur d’assembler les différentes pièces du puzzle. Jusqu’à la toute fin, l’action de cette histoire est présente. A aucun moment, je ne me suis ennuyée !

Avoir une bonne intrigue, c’est déjà une force, mais avoir en plus un rythme de fou, ça donne un roman complètement dingue et addictif. Les chapitres plus ou moins courts apportent le tempo au récit. Un rythme qui nous empêche de reposer le livre.

J’ai énormément apprécié les éléments historiques incorporés ainsi que les autres. On ne peut que constater tout le travail de recherche effectué par l’auteur qui grâce à lui m’a permis d’apprendre beaucoup de choses.

Ayant émit plusieurs hypothèses, j’avais cependant compris une petite partie de la fin. Nicolas Lebel à su donc me surprendre et c’est exactement ce dont je recherche en lisant un thriller.

Quand aux protagonistes, chacun d’entre eux est très bien travaillé et exploité. Ils se complètement tous parfaitement. Cette équipe est vraiment à découvrir par vous-même, cela en est que plus délicieux ! L’humour pince sans rire du Capitaine Mehrlicht, m’a énormément fait rire ! Sans lui, le roman serait bien sombre, il apporte le bon dosage de légèreté, ni trop, ni pas assez.

La plume de Nicolas Lebel est très fluide, addictive et riche. Les différents registres de langages sont présents. J’ai également beaucoup aimé pour cette raison.

En conclusion :

Pour une découverte et un premier roman de l’auteur ce fut une magnifique réussite !! Tout est bon dans cette histoire ; l’intrigue, le rythme, la narration, les personnages, le ton du roman ni trop noir, ni trop d’humour et la plume. Bref, pour moi, c’est un petit coup de cœur !! Et j’ai hâte de découvrir les deux autres romans de Nicolas Lebel !

Note : 19/20

Voir les commentaires

Publié le par Mo comme Mordue
Publié dans : #Thriller, #2015
Dis-moi que tu m’aimes de Joy Fielding

Synopsis :

Bailey Carpenter menait une vie de rêve. Héritière d'une fortune colossale, heureuse en amour, elle s'épanouissait aussi dans son métier de jeune enquêtrice jusqu'au jour où... alors qu'elle est planquée derrière un buisson en train d'espionner un suspect, un inconnu la viole et lui susurre ces paroles glaçantes : " Dis-moi que tu m'aimes. " Dès lors, Bailey passe ses journées calfeutrée chez elle à ressasser son agression, observant le monde à travers des jumelles. Sa demi-sœur Claire et sa nièce viennent s'occuper d'elle, mais leur présence ne parvient pas à calmer l'anxiété de la jeune femme hantée par des cauchemars et obsédée par son voisin. Chaque soir, il suit le même rituel : une parade amoureuse, des femmes qui défilent les unes après les autres dans son lit. Bailey est persuadée qu'il s'agit de son agresseur. Sa paranoïa est-elle bien réelle ou est-elle le fruit de son imagination ?

Mon avis :

Je tiens tout d’abord à remercier Camille et les Editions Michel Lafon de m’avoir permis de découvrir cette histoire.

Ici, on rencontre Bailey qui était une femme bien dans son corps et dans sa tête avant qu’elle ne sombre en plein cauchemar suite à son viol. Petit à petit, différents événements vont semer le doute sur sa santé mentale. Ce qu’elle voit est-ce la réalité ou bien est-ce son imagination qui lui joue de plus en plus des tours ? Devient-elle folle à force de vouloir tout faire pour mettre derrière les barreaux son agresseur ou bien est-ce quelqu’un qui cherche à la discréditer auprès de la police ? Toutes ces questions me sont venues en tête durant cette lecture.

Le roman étant classé comme un thriller psychologique, je m’attendais à une histoire sous tension et donc avec un rythme soutenu. Malheureusement, cela n’a pas été le cas. Non seulement le côté psychologique a pris toute la place, au point que le côté thriller est quasi inexistant, mais le rythme est lent, voir même très lent. Il faut d’ailleurs attendre les 3 derniers chapitres pour que j’obtienne enfin ces critères que j’espérais voir venir tout au long du récit, ce qui est vraiment dommage.

Heureusement, cette fin relève le niveau. Elle explique et répond parfaitement bien à toutes mes interrogations. Aucune d’entre elle ne reste en suspens. Cela dit, j’avais déjà mes idées sur cette conclusion et elles se sont révélées être les bonnes. Il n’y a donc eu aucune surprise pour moi…

Côté personnages, Bailey Carpenter est notre protagoniste principal et également notre narratrice. Elle se présente comme étant une détective et excellente qui plus est dans sa profession, mais qui n’est pas toujours en cohérence avec son comportement. Malgré cela, je l’ai tout de même trouvé attachante.

Claire débarque dans la vie de Bailey pour ainsi dire du jour au lendemain, dès qu’elle apprend que sa demie sœur qu’elle ne voit quasiment jamais s’est fait violer. Cette entrée m’a quelque peut interroger.

Jade est la fille de Claire et contrairement à sa mère, je l’ai tout de suite adopté. Avec son franc parlé, elle m’a fait sourire et rire plus d’une fois. Sans elle, l’histoire serait encore plus fade qu’elle ne l’est déjà.

La traduction faite de la plume de Joy est plutôt fluide et agréable. Cela est un point positif car cette lecture a été longue, voir même très longue, sachant que certains passages ont été un véritable ennui. Par contre, avec du recul, je constate que l’auteure a su distillé de manière très subtile chaque élément qui permettront de mener à la résolution de cette histoire même si elle n’a pas été spectaculaire pour moi.

En conclusion :

L’histoire en elle-même ne m’a malheureusement pas vraiment convaincu. D’autant plus que le mélange psychologie et thriller n’est pas du tout homogène et le rythme est lent et même atrocement lent par moment. Ce sont ces éléments qui orientent mon avis. Heureusement, je me suis attachée à Bailey, même si c’est surtout le protagoniste de Jade que je retiendrai, car sinon, je me demande si j’aurai pu aller au bout de cette lecture.

Note : 10/20

Voir les commentaires

Publié le par Mo comme Mordue
Publié dans : #Thriller, #2015
Mémoria de François-Xavier Cerniac

Synopsis :

Observée. Traquée. Isolée… Depuis son réveil à l’hôpital, Claire a basculé dans un véritable cauchemar. Elle se rappelle juste avoir aperçu une silhouette menaçante dans son appartement avant de s'écrouler.

En découvrant les bandages autour de ses poignets tailladés, la jeune femme soupçonne que la mort de son père, neurochirurgien, a été maquillée en suicide. Claire est-elle poursuivie par le même tueur ? Que cherche-t-il ? Et comment se défendre contre un ennemi parfaitement invisible ?

Au fil des jours, les morts s’accumulent et des enfants sont atteints par un mal étrange. Claire n’a pas d’autre choix que de se plonger dans un douloureux passé. Et au bout du chemin, se trouve la vérité. Terrifiante.

Mon avis :

C’est grâce au groupe de lecture « Read » que j’ai entendu parler de ce roman et de son auteur. Alors évident, quand j’ai appris que François-Xavier Cerniac serait présent au salon « Le printemps du livre » de Montaigu, il fallait absolument que je passe le voir et que je prenne ce livre.

On rencontre Claire, une jeune femme de 23 ans, réveillée en plein cauchemar à l’hôpital, avec des bandages aux poignets. Soutenant qu’elle n’a pas voulu mettre fin à ses jours, elle part sans relâche à la recherche de son agresseur. Durant son investigation, Claire fera également tout pour lever le voile sur les circonstances exactes de la mort de son père, car elle ne croit pas à la version officielle. Est-il possible qu’il y ait un lien entre les deux ? Si oui, est-ce la même personne qui poursuit Claire ?

Ici, il s’agit d’un thriller psychologique comme je les aime. On se retrouve plongé dans un roman machiavélique qui m’a fait frissonner du début à la fin, de la même manière qu’avait fait Pierre Lemaitre avec « Robe de mariée » !

Non seulement l’histoire est diaboliquement bien ficelée et maitrisée de bout en bout, mais en plus, c’est parfaitement bien écrit et construit ! J’ai beaucoup aimé retrouver l’alternance des points de vue, que chaque protagoniste ait leur propre chapitre.

En plus de cela, le récit ne se déroule pas toujours dans le même espace temps, Le temps d’un chapitre, nous sommes dans leur présent et le suivant dans le passé.

Cette histoire est un pur RE- GAL !! On ne s’ennuie JAMAIS, pas même une seule seconde !! Ce livre est comme une drogue, tellement il est addictif ! L’envie et surtout la curiosité de connaitre le fin mot du roman m’a fait poser le livre très difficilement. Mon esprit était constamment en train de cogiter à émettre des hypothèses.

Côté personnages, l’histoire tourne principalement autour de Claire Princet, de Victor Princet et de Déli. Trois personnages, trois histoires, trois destins. Je n’en dirai pas plus pour ne pas spoiler, sauf que j’ai beaucoup aimé la force de caractère, la volonté et le courage de Claire.

En conclusion :

Vous avez certainement compris avec tous ces éléments que ce roman est pour moi un GROS COUP DE CŒUR !! Absolument TOUT m’a plus, que ce soit, l’histoire, la construction du récit, les personnages très bien travaillés, l’atmosphère pesante et la plume addictive de François-Xavier Cerniac. C’est vraiment TOUT !

Alors évidement, je vous recommande d’aller tout de suite courir chez votre libraire pour vous le procurer !

Mon seul regret est de n’avoir pas acheté la suite en même que celui-ci car maintenant je ressens beaucoup de frustration.

Note : GROS COUP DE COEUR !!

Voir les commentaires

Publié le par Mo comme Mordue
Publié dans : #Thriller, #2015
Le jeu de l’assassin de Nils Barrellon

Synopsis :

Le cadavre d'une femme poignardée avec une violence extrême est retrouvé sur les rails, près de la gare du Nord. Elle n'est que la première victime d'une longue liste. A chaque fois, les proies sont des prostituées dont le tueur sème les corps dans différents quartiers populaires de Paris.

Des meurtres sordides sans motif apparent. Le commissaire Kuhn n'a pratiquement aucun indice et l'enquête s'enlise. Jusqu'à ce que le meurtrier fasse en sorte que l'on retrouve sa trace. Il relance la partie dans un jeu macabre avec la police. Un jeu de piste infernal au dénouement inattendu...

IL ASSASSINE SANS PITIÉ. ET PARIS EST DEVENU SON TERRAIN DE JEU.

Mon avis :

Après avoir lu l’avis de Guillaume de « Tribulations d’une vie », j’avais très envie de le découvrir mon tour. C’est pourquoi lorsqu’il a mis en jeu 3 exemplaires de ce roman, je n’ai pas réfléchi longtemps avant de participer. Alors, lorsque j’ai appris que je faisais partie des gagnants, j’ai sauté de joie ! Je remercie Nils pour la dédicace que j’adore, soit dit en passant !

Dès le premier chapitre, on rencontre le commissaire Kuhn, le protagoniste principal avec un chapitre qui m’a fait beaucoup rire. J’ai beaucoup aimé ce moment de légèreté, avant l’annonce de la noirceur de l’enquête.

L’atmosphère de ce roman est bien sombre. Elle commence par la découverte d’un cadavre mutilé sur des rails du côté de la Gare du Nord. Les indices peu nombreux, annoncent une investigation difficile. Cela dit, les victimes qui s’enchainent semble avoir un point commun : la prostitution. Mais, quelle est le degré d’importance de ce détail ? L’histoire vous le dira.

Les désillusions, les fausse pistes et les retournements de situation sont nombreux et vont rendre dingue l’ensemble de l’équipe du commissaire (et moi même par la même occasion). Cet ensemble donne du rythme à l’histoire et accroche le lecteur. On veut savoir de ce qu’il en retourne exactement.

Même si j’avais découvert l’identité du tueur bien trop tôt, j’ai trouvé le dernier tiers et la conclusion bien faite, mais pour cette dernière, un peu trop rapide à mon goût.

Côté personnages, j’ai adoré celui du commissaire Kuhn avec son sens de l’humour (même si parfois il n’est pas très fin, il faut le dire) et son sarcasme. Il porte d’ailleurs le même prénom que l’auteur. Serait-il son alter égo ?

Les différents membres de l’équipe ont des caractères bien différents et forme un ensemble homogène. J’ai aimé rencontrer ces personnages et j’aurai souhaité en savoir un peu plus sur eux, sur leur passé. C’est peut-être prévu dans son dernier romain « Une fille qui en savait trop ».

La plume de Nils est accessible à tout le monde et la narration à la première personne rend le lecteur encore plus proche de Kuhn mais également de son équipe en général. Résultat, je me suis sentie presque tout autant actrice de l’enquête qu’ils pouvaient l’être.

J’ai également beaucoup apprécié les notes en bas de page qui nous permettent d’apprendre pleins de choses sur le milieu de la police judiciaire française.

En conclusion :

C’est un thriller que j’ai beaucoup apprécié dans son ensemble, avec une ambiance sombre et sanglante. Une enquête difficile où l’on se demande comment et quels éléments vont pouvoir faire avancer et résoudre l’affaire. Je suis ravie que la découverte de l’identité du tueur et la fin un peu trop rapide ne m’ait pas enlevé le plaisir de découvrir ce roman. Les protagonistes m’ont beaucoup plus et ont des compétences et des caractères complémentaires ce qui est l’un des points forts de cette histoire. Je serai ravie de les retrouver dans le second roman de Nils Barrellon

Note : 17/20

L’avis de Fabien de « Des encres sur le papier » avec qui j’ai fait cette LC est ici.

Voir les commentaires

1 2 3 > >>

NetGalley

 

 

 

 

 

 

Articles récents

Badge Lecteur professionnel

Hébergé par Overblog