Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Publié le par Mo comme Mordue
Publié dans : #Contemporaine, #2015
La vie est facile, ne t’inquiète pas d’Agnès Martin Lugand

Synopsis :

« Alors que j’étais inconsolable, il m’avait mise sur le chemin du deuil de mon mari. J’avais fini par me sentir libérée de lui aussi. J’étais prête à m’ouvrir aux autres. »

Depuis son retour d’Irlande, Diane a tourné la page sur son histoire tumultueuse avec Edward, bien décidée à reconstruire sa vie à Paris. Avec l’aide de son ami Félix, elle s’est lancée à corps perdu dans la reprise en main de son café littéraire. C’est là, aux Gens heureux lisent et boivent du café, son havre de paix, qu’elle rencontre Olivier. Il est gentil, attentionné et surtout il comprend son refus d’être mère à nouveau. Car Diane sait qu’elle ne se remettra jamais de la perte de sa fille.

Pourtant, un événement inattendu va venir tout bouleverser : les certitudes de Diane quant à ses choix, pour lesquels elle a tant bataillé, vont s’effondrer les unes après les autres.

Aura-t-elle le courage d’accepter un autre chemin ?

Mon avis :

Tout d’abord, je remercie Camille et les éditions Michel Lafon pour ce partenariat, pour leur confiance et la découverte de la suite de «Les gens heureux lisent et boivent du café ». En refermant ce dernier, je n’avais qu’une hâte, me jeter sur celui-ci !

Après tout le chemin parcouru pour se sentir mieux, Diane est de retour en France afin de finir son processus de deuil, de reconstruction. Elle se plonge à corps perdu dans son travaille, dans son café littéraire « Les gens heureux lisent et boivent du café ». Elle semble plus épanouie, plus ouverte vers le monde extérieur. Alors qu’elle est sur la bonne voie, une intervention sur son lieu de travail lui fait prendre conscience qu’elle a bien accepté la mort de son mari Colin, mais pas celle de sa fille Clara. Elle a toujours cette impression de trahison envers cette dernière si elle porte de l’intérêt à un autre enfant. Heureusement, à côté de cette constatation, Diane rencontre Olivier, un homme charmant sous tout rapport qui lui donnera du temps et l’amour nécessaire pour l’aider dans cette nouvelle étape. Mais bien entendu, la vie a décidé de mettre une fois de plus Diane à l’épreuve. De nouveaux événements qu’elle croyait clos dans son passé ressurgi.

Dans cette suite, il s’agit surtout de la reconstruction de Diane et elle en a bien conscience. Fini ses périodes de colère et de tristesse, elle est enfin prête à avoir un nouvel homme dans sa vie et cela fait m’a fait très plaisir. Depuis « Les gens heureux lisent et boivent du café » le lecteur observe toute son évolution, toutes les étapes du deuil qu’elle franchi pour accéder à nouveau au bonheur.

Bien que Diane soit plus forte et qu’elle reconnaisse ses faiblesses, un événement va mettre le trouble dans son nouveau bien-être encore fragile. Même si elle souhaiterait l’ignorer, elle ne le pourra pas. Elle prendra la décision, celle que son cœur lui dicte, quitte à remettre en question la nouvelle « stabilité » qu’elle a trouvée. Ce roman porte très bien son titre, il est lumineux, plus optimiste, même s’il y a aussi des nuages noirs plus ou moins gros. J’ai beaucoup ris, j’ai eu le sourire aux lèvres, j’ai été heureuse quand il arrivait de belles choses à Diane et j’ai aussi beaucoup, beaucoup pleuré. Je n’ai pas souvenir avoir autant pleuré avec un livre, alors imaginez entre « Les gens heureux lisent et boivent du café » et celui-ci comment j’ai pu finir. C'est-à-dire presque, sans la moindre goutte d’eau … pas très loin de la momification ! ^^ Plus sérieusement, ce roman, m’a une fois de plus émue, perturbé et complètement chamboulé. Cela fait plusieurs jours que je l’ai terminé et j’y repense encore !

Tout comme dans le livre précédant, Diane est et reste le personnage central, cela ne change pas. J’ai aimé les réactions qu’elle a eu face aux difficultés, tout comme ses constatations et ses questionnements sur ses progrès. J’admire son courage et sa force de caractère. Elle est pleine de ressources insoupçonnées.

Félix est toujours égal à lui-même. Il est toujours aussi solaire et drôle. Je peux quoiqu’il arrive compter sur lui pour me faire rire. Cela a été un vrai bonheur de le retrouver.

Même si Olivier est décrit selon moi comme « l’homme idéal », il m’a semblé trop lisse, sans casserole et finalement trop terne. Il faut dire qu’après la prestance d’Edward, tout protagoniste masculin ne pouvait que me laisser cette impression.

Comme à chaque fois, il y a toujours d’autres personnages et je les ais A-DO-RE !! Ce n’était que du bonheur et avec aussi une partie de tristesse.

Pour ma plus grande joie, la narration est exactement la même. Je n’ai pas eu l’impression qu’Agnès ait pu écrire un autre livre entre les 2 (Entre mes mains le bonheur se faufile). Ces 2 romans constituent parfaitement une histoire complète, un pan de vie réelle et la description des épreuves de la vie fait l’une des plus grandes forces de cette histoire. Il existe toujours cette proximité avec Diane qui m’avait tant plus. Agnès m’a encore transporté et envouté avec ses mots parfaitement choisis, les émotions dégagées qu’elle décrit m’ont encore une fois touchée et même transpercées.

La conclusion est juste parfaite pour moi. Elle est cohérente, justifiée et dans l’ordre des choses.

Dire au revoir à Diane a été difficile, c’est comme faire ses adieux à une amie que tu ne verras plus jamais. Diane (et surtout Agnès) m’ont rappelé qu’il faut vivre les moments présents et en cas de deuil, de toujours avancer, même quand cela semble insurmontable. La vie nous réserve toujours des surprises, bonnes ou mauvaises, mais qu’il faut toujours garder espoir.

En conclusion :

Pour moi, il est impossible de dissocier ce livre « Les gens heureux lisent et boivent du café » à celui-ci, l’histoire est complète qu’en lisant les deux. Elle forme un tout, un parcours de deuil, de guérison et de nouveau bonheur. C’est avec le sourire et émotion que j’ai quitté Diane et les autres en refermant le livre.

J’ai vraiment apprécié la playlist créé par l’auteure qui est accessible sur sa page facebook. En l’écoutant j’ai été directement plongé dans l’atmosphère de la seconde partie de l’histoire de Diane.

Maintenant, j’ai hâte de lire « Entre mes mains le bonheur se faufile », mais j’attendrai pour deux raisons. La première : Diane et les autres sont encore trop présent dans ma tête. La seconde : L’attente pour le suivant roman (que je vais attendre avec très grande impatience) ne sera que plus longue.

Note : GROS COUP DE CŒUR !!

Commenter cet article

NetGalley

 

 

 

 

 

 

Articles récents

Badge Lecteur professionnel

Hébergé par Overblog